Burkina Faso : Les acteurs du froid et de la climatisation sensibilisés à la protection de la couche d’ozone

28

Le Bureau National Ozone (BNO) a procédé à la remise de kits de formation dans le domaine du froid et de la climatisation à deux établissements de la région du Centre, ce vendredi 26 janvier 2021, dans le but de renforcer  leurs capacités techniques.

La Direction Générale de la Préservation de l’Environnement (DGPE) à travers le Bureau National Ozone (BNO), a offert un matériel de formation au lycée Professionnel Régional du Centre (LPRC) et au Centre d’Evaluation, de Formation Professionnel de Ouagadougou (CEFPO). Ce don a pour objectif de renforcer  les capacités techniques de ces centres de formation par la mise à disposition d’outils et d’équipements techniques de travail.

Mais bien avant ces centres de formation ont pris part à une formation organisée par le Bureau ozone  sur l’outillage utilisé dans le domaine du froid et de la climatisation et sur la manipulation des équipements utilisant le propane (R290), le 08 septembre 2020.

Cette formation entre dans le cadre d’études des apprenants de ces deux établissements de formation, dans le domaine du froid et de la climatisation, d’où le don d’équipements pour renforcer leurs capacités techniques.

Une machine de récupération de fluide frigorigène, bouteille de récupération, balance électronique, kit de recyclage, station de charge, détecteur de fuite électronique pour gaz inflammable, ébavureur, contrôle de charge, ce sont entre autres matériels remis aux centres.

Siméon Sawadogo, ministre de l’environnement a rappelé, à cette occasion que certains gaz appelés hydro-chlorofluorocarbones ayant un fort potentiel de destruction de la couche d’ozone sont utilisés sans le domaine du froid et de la climatisation, très inflammables, ils sont dangereux pour la vie.


Siméon Sawadogo, ministre de l’environnement

« Ces gaz se retrouvent dans les climatiseurs que nous avons dans nos voitures,  les réfrigérateurs que nous avons dans nos maisons. Ce sont les résultantes de ces gaz qui sont très inflammables, qui sont très dangereux non seulement pour les familles mais également pour la couche d’ozone », explique le ministre.

Dans le cadre du protocole de Montréal, relatif à la gestion des substances qui appauvrissent la couche d’ozone et le climat, la composante  gestion de l’élimination des hydro-chlorofluorocarbones, doit conduire  le Burkina Faso  à l’élimination de ces substances en 2030 et à l’introduction de nouveaux types de réfrigérants.

Et le ministre de l’environnement de préciser de ce fait que «nous devons travailler à l’élimination de l’ensemble des gaz hydro-chlorofluorocarbones(PGEH) ».

Les alternatives aux hydro-chloro-fluoro-carbones pour lui, se doivent d’être respectueuses du climat et de la couche d’ozone avec un potentiel de réchauffement global faible et un impact nul sur la couche d’ozone. C’est donc face à ce challenge, que le bureau d’ozone organise ces différentes formations des acteurs du froid et de la climatisation.

Il recommande à la population de faire vérifier les équipements tels que les climatiseurs, les réfrigérateurs, les bouteilles de gaz pour détecter la présence des gaz hydro-chlorofluorocarbones auprès du Bureau national ozone avant utilisation afin d’éviter tout incident.

 « Non seulement on peut inscrire que vous avez des gaz qui sont conformes mais à l’intérieur de la bouteille que vous avez, il y a d’autres composantes qui sont très dangereuses… Quand vous utilisez ces gaz, vous puissiez venir au bureau ozone pour homologuer, authentifier les gaz que vous utilisez » a-t-il dit.

Les représentants des deux établissements, Mamadou Ouattara du CEFPO et le représentant du LPRC, Daniel Sawadogo ont traduit leur gratitude pour les dons d’équipements reçus. « Nous vous rassurons de notre ferme engagement à prendre soin de ces appareils et nous ferons un très bon usage pour la préservation de l’environnement, pour la préservation de cette couche d’ozone dont le trou noir ne fait que s’agrandir avec les effets néfastes de la pollution »,  a affirmé Daniel Sawadogo.

Deborah BENAO (stagiaire)

Burkina24

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici