Burkina Faso : Le SYNASEB dénonce un « saccage de carrière » du gouvernement

25

Le Syndicat National des Secrétaires du Burkina (SYNASEB) a dénoncé les agissements du gouvernement dans la gestion, des carrières  des travailleurs et la « mauvaise » gestion du dialogue social par leur ministère en tutelle. C’était  au cours d’une rencontre tenue ce mardi 20 avril 2021, à Ouagadougou.

Le 02 mars 2021, le gouvernement à travers son ministère en charge de la fonction publique a mis en place le processus d’élaboration du Répertoire Interministériel des Métiers de l’Etat (RIME). Ce qui a conduit  à l’adoption des statuts particuliers des différents métiers, malgré les maintes plaintes et observations du Syndicat National des Secrétaires du Burkina (SYNASEB).

A cet effet, le SYNASEB a tenu une rencontre ce mardi 20 avril 2021 pour dénoncer ces agissements. Selon le Secrétaire Général du SYNASEB, Bourama Ouattara, ces mesures sont  perçues dans le milieu comme « un saccage de carrière » en ce sens que les statuts particuliers sont irrationnellement gérés, des catégories supprimées et un tâtonnement au niveau des participations aux concours étatiques. « Comment il faut comprendre que par exemple pour participer à un concours, il faut en plus des diplômes, respecter une condition de quota ? On pense que la notion de mérite doit être privilégiée au détriment du quota », a-t-il déploré.

Une « mauvaise gestion » du dialogue sociale dénoncée

Il a aussi déploré le fait que le ministre Pr Séni Mahamadou Ouédraogo ne prenne pas en compte les préoccupations et revendications qu’ils ont émises à son égard depuis sa prise de fonction. Il a qualifié  ces agissements de « jeu de carte dangereuse de division entre organisation syndicale », donc une « mauvaise gestion » du dialogue social.

« En réalité, ces manœuvres traduisent une mauvaise volonté manifeste et un mépris total du Ministre à l’endroit des travailleurs en général et des secrétaires en particulier », a-t-il ajouté.

Le syndicat par la voix de son secrétaire général a énuméré plusieurs revendications à l’égard de son ministère de tutelle. Il s’agit, entre autres, de la poursuite des négociations avec le syndicat, la possibilité pour les catégories C et B de postuler aux emplois de leur choix sans principe de diplôme et quota, l’instauration d’un dialogue franc et sincère entre le gouvernement et les partenaires sociaux.

Avant de souhaiter que les choses se passent dans de meilleures conditions, Bourama Ouattara a insisté sur le fait que le SYNASEB se donnera tous les moyens pour atteindre les objectifs. Il a également affirmé que  le gouvernement endossera l’entière responsabilité de la dégradation du climat social dans le cas contraire.

Abdoul Gani BARRY (stagiaire)

Burkina 24

 

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici