Burkina Faso : L’Association Actions Citoyens Solidaires veut œuvrer pour la réconciliation nationale

29

L’association Actions Citoyens Solidaires (ACS) a lancé ses activités ce samedi 21 novembre 2020 à Ouagadougou. La cérémonie a été l’occasion pour les dirigeants de cette nouvelle structure de faire la présentation de l’association qui entend œuvrer pour la réconciliation nationale au Burkina Faso.

L’Association Actions Citoyens Solidaires a officiellement lancé ses activités, ce samedi 21 novembre 2020, à Ouagadougou. Cette nouvelle association entend promouvoir la réconciliation nationale pour aller vers le développement du Burkina Faso.

« Mouvement associatif résolument engagé pour la bonne gouvernance et les droits de l’homme, Actions Citoyens Solidaires ambitionne contribuer efficacement à l’atteinte des objectifs du développement durable au Burkina Faso », a déclaré Stanislas Somda, le vice-président de l’association.  Il a ajouté que l’association est à pied d’œuvre pour se doter d’un plan stratégique 2021-2025 dénommé « Développer ensemble 2025 ».

Ce document guidera les actions de l’association, selon Stanislas Somda. Un comité d’action composé de jeunes, femmes, chefs coutumiers conseillers communaux, sera sur installé dans plusieurs localités du Burkina Faso pour mieux évaluer les problèmes de la population, selon les premiers responsables.

Plusieurs personnalités de divers domaines étaient présentes à cette cérémonie et beaucoup ont témoigné en faveur de l’Association Actions Citoyens Solidaires.  « Comment ne pas soutenir les actions des jeunes, nous qui sommes au déclin de notre vie ? », a lâché Martin Zongo, parrain de la cérémonie. Il a encouragé la jeunesse à s’assumer sur le plan associatif et politique pour un avenir meilleur du Burkina Faso.

Luc Adolphe Tiao, invité d’honneur de l’activité, a exprimé sa joie pour cette nouvelle naissance et a encouragé les jeunes à s’impliquer pour la résolution des conflits afin de promouvoir la réconciliation nationale. « Si nous devons nous appuyer seulement sur les acteurs politiques pour régler la question de la réconciliation nationale, nous risquons d’attendre longtemps », a-t-il souligné.

Après la cérémonie de présentation de cette nouvelle structure, un panel sur le thème, « Quelle réconciliation nationale pour une cohésion sociale et d’un développement durable dans un contexte de tension social et de l’extrémisme violent » a eu lieu.

Akim KY (Stagiaire)

Burkina 24

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici