Burkina Faso : «La gratuité des soins n’est pas définie par le handicap» (Laurence Ilboudo)

53
Forum régional des handicapées du Centre

Le forum régional des personnes handicapées de la région du Centre s’est tenu ce vendredi 23 octobre 2020 à Ouagadougou. Il s’agissait de formuler des doléances de la région à présenter lors du forum national des personnes handicapées.

La région du Centre a constitué le couronnement de la tournée régionale de la ministre en charge des personnes des personnes handicapées. Tout comme dans les 12 autres régions, les personnes handicapées ont présenté des doléances. Souleymane Ouédraogo, porte-parole, a exposé les vœux de la coordination régionale des personnes handicapées de la région.

Souleymane Ouédraogo porte-parole de la coordination des personnes handicapées
Souleymane Ouédraogo porte-parole de la coordination des personnes handicapées Souleymane Ouédraogo porte-parole de la coordination des personnes handicapées
Souleymane Ouédraogo, porte-parole de la coordination des personnes handicapées

Il s’agit de l’amélioration de l’accès des personnes handicapées aux services et soins de santé à travers (des tables d’accouchement adaptées aux femmes handicapées, des rames d’accès, l’extension de la gratuité des soins aux personnes handicapées à l’image des enfants de 0-5 ans et aux femmes enceintes).  Egalement, l’application effective des avantages liés à la carte d’invalidité dans tous les départements ministériels.

Aussi, la mise en œuvre effective de l’éducation inclusive. Enfin, la création d’un fonds de garantie pour faciliter l’accès des personnes handicapées aux crédits.

Alors, à bâtons rompus, la ministre en charge des personnes handicapées, Laurence Ilboudo, a indiqué les actions du gouvernement.

Gratuité des soins et handicap

« La gratuité des soins n’est pas définie par le handicap. C’est la vulnérabilité qui définit la gratuité des soins. Aucune personne au Burkina Faso ne devrait mourir de faim ou mourir parce qu’elle n’a pas eu de soins médicaux. Mais dans ce sens, nous devons être dans une justice pour tous. C’est pour ça nous avons dit que la gratuité de soins se fera avec l’ensemble de la population. On ne peut pas prendre seulement les personnes handicapées. Sachant bien que des personnes handicapées sont bien nanties que des personnes valides. Nous ne serons pas dans cette justice sociale.

Mais, il est important de dire que l’assurance maladie universelle qui est mise en œuvre. Nous allons voir dans quel contexte les Burkinabè pourraient se soigner à moindre coût. Nous allons voir comment nous allons pouvons intégrer toutes les personnes vulnérables avec bien sûr le répertoire des personnes indigentes et vulnérables que nous allons faire à travers un  recensement. Mais, la gratuité et l’accès aux soins de santé n’est pas parce qu’on est handicapé. Mais, c’est selon la vulnérabilité. Il y a des personnes qui ne sont pas handicapées mais qui ont besoin de soins aussi.

Le fonds national de solidarité vient en appui aux personnes vulnérables pour l’accès aux soins. Mais, avoir l’assurance de dire que quand on a un palu c’est gratuit, ce n’est pas possible pour l’instant pour le Burkina Faso. Parce que la trésorerie de notre pays ne nous permet pas. Mais nous sommes en train de réfléchir pour voir comment on peut avoir cette couverture de santé universelle qui est déjà mise en œuvre », a déclaré Laurence Ilboudo.

Lire également 👉Inclusion des personnes handicapées : Laurence Ilboudo échange avec les acteurs de la région du Centre-Sud

C’est terminé pour les fora régionaux des personnes handicapées de 2020. A l’issue de la tournée, Laurence Ilboudo a tiré un bilan satisfaisant.

à bâton rompus, la ministre en charge des personnes handicapées, Laurence Ilboudo, a indiqué les actions du gouvernement
à bâton rompus, la ministre en charge des personnes handicapées, Laurence Ilboudo, a indiqué les actions du gouvernementà bâton rompus, la ministre en charge des personnes handicapées, Laurence Ilboudo, a indiqué les actions du gouvernement
A bâtons  rompus Laurence Ilboudo a échangé avec les acteurs 

« D’abord le langage franc et honnête entre elles et moi. C’est vrai qu’elles ont compris la démarche du gouvernement qui est d’abord le volontariat et l’engagement des cibles elles-mêmes. Il y a aussi une méconnaissance des textes en vigueur et des outils mis en place. Elles  ont compris que nous avons besoin qu’elles soient opérationnelles et dynamiques pour le développement. Si elles ne s’impliquent pas au développement nous ne pouvons arriver au développement durable. L’objectif du Burkina Faso, c’est d’arriver à un développement durable. L’éducation inclusive doit être plus fonctionnelle et nous allons travailler dans ce sens », a précisé la ministre.

En rappel, le 26 octobre 2020, se tiendra le panel sur la contribution de la personne handicapée dans le développement, la cohésion et la paix. Egalement, un sous thème sur la prise en compte du handicap dans la réponse humanitaire sera développé.

Jules César KABORE

Burkina 24

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici