Burkina Faso : 25 enfants interceptés et retournés dans leurs familles

24

La brigade régionale de la protection de l’enfance de la Police nationale de Ouagadougou a intercepté 25 enfants talibés le 06 avril 2021. Ces enfants ont été présentés et remis à leurs familles respectives ce jeudi 21 avril 2021 par la ministre en charge de l’action sociale, Laurence Marshall Ilboudo.

Ils viennent tous de la province du Bazèga plus précisément dans la localité de Natiaboani, et ont une tranche d’âge comprise entre 10 à 14 ans.


Laurence Marshall Ilboudo, ministre en charge de l’action sociale

Selon ce qu’a expliqué la ministre en charge de l’action sociale, Laurence Marshall Ilboudo, cette situation est causée par plusieurs facteurs, entre autres, la pauvreté, les violences, les ruptures des liens familiaux. « Dans la situation d’aujourd’hui, les détails donnés témoignent de la mauvaise foi des personnes qui les envoyaient à des activités qui auraient pu mettre leur vie et leur avenir en péril », a-t-elle déploré.

A cet effet, la ministre a interpellé les parents qui sont les premiers responsables selon elle, de ce phénomène « tragique » à bien prendre soin des enfants. « L’Etat est en charge de tout Burkinabè. Néanmoins, en ce qui concerne les enfants, il faut dire que leurs premiers responsables, ce sont les parents quoi que l’on dise. A eux, on peut aussi ajouter la responsabilité des autorités coutumières, religieuses, leaders d’opinion », a-t-elle poursuivi.

Ella a ajouté que le département de la solidarité nationale a, au cours de l’année 2020, intercepté 1 262 enfants dont 812 du pays et 450 hors du pays.

Pour l’année en cours, c’est-à-dire du 1er janvier au 6 avril 2021, 101 enfants ont été  interceptés. Au regard de ces chiffres plusieurs actions ont été annoncées par le gouvernement, affirme Marshall Ilboudo.

Il s’agit de la sensibilisation des populations, l’accompagnement des enfants retournés en famille, l’établissement d’une fiche qui doit être remplie par les parents et qui engagera leur responsabilité pour d’éventuelles interceptions.

Mahama Lalgo, père d’un des enfants, a déclaré être « débordé » de joie, car dit-il, il recherchait depuis un certain temps les traces de son fils.  « A la dernière nouvelle on a entendu parler de lui à Sapouy. On m’appelle aujourd’hui de venir le récupérer ici. Vous voyez à quel point je suis content ? », a-t-il exprimé.

Abdoul Gani BARRY (stagiaire)
Burkina24

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici