Burkina Faso : 10 kilomètres à pied pour soutenir les dialysés

64

Des jeunes ont manifesté leur soutien aux personnes vivant avec une insuffisance rénale et aux dialysés ce mardi 20 avril 2021 à Ouagadougou. A travers une marche relais, ils veulent attirer l’attention des autorités afin que des décisions puissent être prises pour accompagner les malades. Il faut noter également que cette marche a été suivie dans d’autres localités comme Pô, Nouna, Bobo-Bioulasso et aux Etats-Unis d’Amérique.

Du rond-point des cinéastes au carrefour de la télévision BF1, soit environ 10 kilomètres, c’est la distance parcourue par les marcheurs en cette journée pour marquer leur soutien aux personnes dialysées. Selon le promoteur de l’initiative, Constant Yé Bazié, cette marche a pour vision d’apporter un peu de réconfort aux malades qui « vivent pratiquement seuls avec leurs familles ». « Nous plaidons auprès des autorités pour qu’ils mettent plus de ressources, de moyens. Et ce, même si c’est en termes de subventions », a-t-il laissé entendre.

Selon ses propos, le Burkina compte entre 700 et 1 000 dialysés. Une prise en charge de ces malades nécessiterait environ 13 milliards de Francs CFA. Une enveloppe qui « n’est pas la mer à boire » selon Constant Yé Bazié, surtout qu’il s’agit d’une question de santé. « Comme vous le savez, quand le rein est atteint, il ne se régénère pas. Il faut forcement faire une greffe », a-t-il ajouté. Il refuse donc de laisser ces dialysés face à leur sort car pour lui, « au Burkina, quand quelqu’un est atteint d’insuffisance rénale, on le voit comme quelqu’un qui est déjà mort ».


Passation du relais entre deux marcheurs

La dialyse est « une maladie très coûteuse »

Ce qu’il demande d’éviter, c’est de laisser les malades souffrir du stress de manque de moyens. C’est alors un appel qu’il lance afin de toucher les cœurs. Pour Béatrice Soubièga, une dialysée, le geste posé par les jeunes est lourd de sens. « Je suis pratiquement sans mots. C’est très louable et noble. Il n’y a rien de tel que de marcher pour une telle cause », a-t-elle exprimé.

Selon ses propos, la dialyse est « une maladie très coûteuse » car elle nécessite des moyens conséquents pour la prise en charge. En effet, avant de débuter la dialyse, il faut déposer une somme de 500 000 Francs CFA, selon les dires de Béatrice Soubièga.

Après cette étape, chaque dialyse coûte 90 000 Francs CFA par séance dans le privé. Pourtant, les dialysés ont besoin de trois séances par semaine. Ce qui fait un total de plus d’un million de Francs CFA par mois, selon les explications de Constant Bazié. Une situation « lourde » de son point de vue quand on voit le revenu d’un Burkinabè moyen. Cette marche a été une occasion également pour ces jeunes de demander une législation sur l’utilisation de certains pesticides et des insecticides.

Basile SAMA

Burkina 24

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici