Burkina : Encore du raffut à l’Assemblée nationale !

106

Après l’affaire des tablettes, l’Autorité supérieure de contrôle d’Etat ou la Cour des compte pourrait reprendre le chemin de l’Assemblée nationale. Nos confrères de Courrier confidentiel ont levé le voile sur un rapport confidentiel qui fait état de 235 missions hors du pays effectuées par les députés sans pièces justificatives. Ce que dément l’un d’entre eux et pas des moindres : Me Bénéwendé Stanislas Sankara, premier vice-président du Parlement.

Le 10 août 2017, Courrier confidentiel titre à la Une : « Gestion du budget 2016 de l’Assemblée nationale : 235 missions à l’extérieur du Burkina sans pièces justificatives !». Le confrère se base sur le «rapport de l’exécution du budget, gestion 2016», établi par un comité ad’hoc créé par arrêté N° 2017-003/AN/PRES du 27 janvier 2017. 

Ce rapport dresse une liste de députés qui ont effectué des missions hors du pays mais sans pièces justificatives. Dans cette liste, y figurent des élus tant de l’opposition que de la majorité, de même que des membres du bureau dont le premier vice-président Me Bénéwendé Stanislas Sankara. Selon le document publié par Courrier confidentiel, le député élu sous la bannière de l’UNIR/PS, a effectué un voyage du 3 au 10 février 2016 à Abuja au Nigeria, sans fournir les pièces justificatives.

Le droit de réponse de Me Bénéwendé Sankara

 

Burkina24

Le 12 août 2017, le mis en cause a réagi sur son profil Facebook pour apporter un droit de réponse et un démenti. Il affirme que « la publication est mensongère et diffamatoire car les pièces justificatives de la dite mission sont disponibles».

Me Sankara a en effet joint des pièces à sa publication.  Une lettre du Parlement de la CEDEAO en date du 30 janvier 2016 invitant l’Assemblée nationale burkinabè à la session de la Quatrième législature à Abuja, un reçu de billet d’avion d’un montant de 1 298 400 F CFA, un ordre de mission visé et une lettre de demande d’explication adressée au directeur des services comptables et de la trésorerie. 

Réaction de Courrier confidentiel

Mais nos confrères de Courrier confidentiel ont réagi.  Ils rappellent, dans la réponse publiée chez nos confrères du faso.net ce 13 août 2017, que la publication est basée sur le rapport établi par le comité ad’hoc.    On peut y lire ceci : « C’est pourtant lui, Me Bénéwendé Sankara, en sa qualité de premier vice-président de l’Assemblée, qui a signé, le 27 janvier 2017, au nom du Président Salifou Diallo en mission, « l’arrêté N°2017- 003- AN/PRES portant création d’un comité ad’hoc de contrôle de l’exécution du budget de l’Assemblée nationale, gestion 2016 ». C’est aussi lui qui a signé, le même jour, l’arrêté N° 005-AN/PRES portant composition du comité ad’hoc. Selon l’article 2 du premier arrêté, « le comité ad’hoc est chargé de contrôler la conformité de l’exécution du budget de l’Assemblée nationale aux dispositions légales et réglementaires ».

Du reste, interroge Courrier confidentiel, le rapport datant du 10 mars 2017 et Me Sankara l’ayant reçu, «où était-il donc tout ce temps pour ne pas réagir auprès du comité ? ».

A noter pour rappel que l’Assemblée nationale a plusieurs fois fait l’objet de débats, notamment sur  une somme de 127 millions de F CFA allouée aux députés en fin de l’année écoulée  et sur une affaire de tablettes données aux élus par la société Huawei par l’intermédiaire du gouvernement en fin d’année 2016

Burkina24

Burkina24.com