Boycott du championnat du Fasofoot : Lazare Banssé fait face à sa première crise !

40
Boycott du championnat du Fasofoot : Lazare Banssé fait face à sa première crise !

Le championnat national de première division 2020-2021 connaît un démarrage difficile. En effet, sept clubs ont boycotté les matchs de la première journée pour exiger que la Fédération burkinabè de football satisfasse leurs revendications.

C’est peut-être une première dans l’histoire du football burkinabè. Sept clubs sur huit signataires de la lettre de revendication adressée au nouveau président de la Fédération burkinabè de football (FBF), Lazare Banssé, ont boycotté les matchs de la première journée du championnat.

Il s’agit de Majestic SC, l’Etoile filante de Ouagadougou (EFO), l’ASFA-Yennenga, KOZAF, l’ASFB, Rahimo, Léopards de Saint-Camille et Salitas. Ces clubs, qui ont soutenu la candidature du Président du Conseil d’administration (PCA) de Majestic, Amado Traoré, lors des dernières élections qui ont porté Lazare Banssé à la présidence de la FBF, ont posé quatre préalables pour prendre part au championnat.

En effet, dans une lettre adressée au président de la FBF, ces équipes exigent que la Fédération communique le montant de l’assurance et leur délivre une copie de ladite assurance, l’octroi comme promis de 30 millions aux clubs au lieu de 15 millions de francs CFA. Les frondeurs exigent également le retrait des sanctions contre les clubs qui ne porteraient les maillots avec le logo du sponsor officiel de la FBF et la fixation à 25 000 francs CFA au lieu de 50 000 FCFA du montant à payer pour les réclamations.

Face à ces réclamations et au regard de l’urgence, une rencontre s’est tenue le 15 septembre 2020 entre le premier vice-président de la FBF, Ibrahim Yanogo, et les présidents des clubs. Au sortir de la rencontre, alors que les supporters pensaient qu’un accord avait été trouvé pour un début serein du championnat, les huit clubs publient une déclaration le 17 septembre pour exiger la satisfaction de leurs revendications, faute de quoi, ils ne prendront pas part au championnat.

Ils mettent effectivement en exécution leurs menaces. Seule l’équipe des Léopards de Saint-Camille, nouvellement promue dans l’élite nationale, a joué son premier match du championnat, les sept autres ayant préféré boycotter les leurs. Face à cette situation, Lazare Banssé, dans une interview accordée aux médias, indexe son challenger aux élections, Amado Traoré, qu’il accuse d’instrumentaliser les équipes contre lui. Il promet d’ailleurs que les textes vont s’appliquer contre les frondeurs.

L’EFO et l’ASFA vers la deuxième division ?

Selon le règlement, toute équipe absente du terrain 15 minutes après le coup d’envoi du match perd la confrontation par forfait. Le même règlement stipule qu’à deux forfaits, l’équipe est suspendue pour le reste du championnat et est reléguée en division inférieure.

Les sept clubs qui ont boycotté les matchs de la première journée enregistrent déjà un forfait. Un autre refus de disputer les prochains matchs les enverra directement en deuxième division. C’est dire que la prochaine journée, prévue le week-end prochain, sera décisive dans le bras de fer qui oppose le tout nouveau président de la FBF aux responsables des clubs frondeurs.

Si les textes doivent s’appliquer à ces frondeurs dans toute leur rigueur, des clubs mythiques comme l’ASFA Yennega, l’EFO, l’ASFB ; des clubs en vogue comme Salitas, RAHIMO, Majestic et ceux émergents comme KOZAF, Léopards de Saint-Camille seront en deuxième division l’année prochaine. Pour préserver le prestige du football burkinabè, il est plus que nécessaire qu’une solution soit trouvée à cette crise avant la deuxième journée.

T.B.

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici