Barreau burkinabè : Mamadou Savadogo passe le témoin à Paulin Marcellin Salambéré

102

Barreau burkinabè : Mamadou Savadogo passe le témoin à Paulin Marcellin Salambéré

Le barreau peut se comprendre comme l’ordre professionnel des avocats. Il est chargé de défendre et de réguler la profession. Le Conseil de l’Ordre des avocats est l’organe dirigeant du barreau. Il est présidé par le bâtonnier de l’Ordre des avocats (le Conseil de l’Ordre est élu avec le bâtonnier pour un mandat de trois ans).

Le bâtonnier sortant, Me Mamadou Savadogo, avait, en réalité, passé le bâton à son successeur, Me Paulin Marcellin Salembéré, en juillet 2018. En effet, selon la loi portant harmonisation des règles de la profession d’avocat dans l’Union économique et monétaire ouest-africaine (UEMOA), le futur bâtonnier est élu un an avant la fin du mandat de son prédécesseur.

Barreau burkinabè : Mamadou Savadogo passe le témoin à Paulin Marcellin Salambéré
le batonnier

Ce poste de « dauphin du bâtonnier » permet à celui entrant de s’imprégner des dossiers avant son exercice à proprement dit. Ainsi, pendant une année, le dauphin participe au Conseil de l’Ordre, sans pour autant avoir une voix délibérative.
Un dispositif qui vise à permettre une bonne continuité dans la conduite des affaires. Me Salembéré est donc le premier dauphin au bâtonnier (le premier bâtonnier à bénéficier de cette disposition communautaire), neuvième bâtonnier de l’histoire du barreau burkinabè.

Marié et père de deux enfants, Me Salembéré est inscrit au Tableau de l’Ordre des avocats du Burkina depuis mai 1997. Après avoir servi, de juin 1997 à novembre 2000, en tant qu’avocat collaborateur au Cabinet Benoît J. Sawadogo, il crée, en décembre 2000, son Cabinet (Cabinet Paulin M. Salembéré).

Barreau burkinabè : Mamadou Savadogo passe le témoin à Paulin Marcellin SalambéréDepuis août 2003, avec Me Anna Ouattara/Sory, ils fondent la Société civile professionnelle d’avocats, « SCPA Ouattara/Sory et Salembéré ».
Le nouveau responsable des avocats du Burkina a plusieurs cordes à son arc car, en plus d’avoir été secrétaire de l’Ordre des avocats (octobre 2012 à septembre 2015), président de l’Union des jeunes avocats du Burkina (2004-2006), Paulin Marcellin Salembéré est connu pour sa pratique du football et du tennis de table ; mieux, il est pourvu d’un diplôme d’entraîneur de football niveau 1 et d’un diplôme d’entraîneur de tennis de table niveau 1.

Chevalier de l’Ordre national burkinabè, Me Salembéré a été porté à la tête de l’organisation avec un programme ficelé autour de quatre grands axes. Il s’agit de la protection de la profession (accès à la profession, rendre plus performant le Centre de formation des avocats du Burkina, miser sur la formation continue, promouvoir le respect des règles régissant la profession), renforcer les relations avec les magistrats, dynamiser la Mutuelle et la couverture sociale et, enfin, l’administration du barreau.

Barreau burkinabè : Mamadou Savadogo passe le témoin à Paulin Marcellin Salambéré
Photo d’illustration

« Brillamment élu », selon son prédécesseur, Paulin Marcellin Salembéré bénéficie de la disponibilité de l’ensemble de l’équipe sortante. La cérémonie d’installation officielle fut une occasion pour le bâtonnier sortant, Me Mamadou Savadogo, de prodiguer des conseils à son successeur et à son équipe. « L’Ordre est à la fois un sacerdoce et un devoir », révèle Me Savadogo, pour qui, « le mandat ne sera pas de tout repos ».
Pourvu de ses attributs de bâtonnier, Me Salembéré a ensuite procédé à l’installation des membres du Conseil de l’ordre et des membres du Conseil d’administration de la CARPA (Caisse autonome des règlements pécuniaires des avocats du Burkina).

Dans ses propos d’après-installation, le bâtonnier, Paulin Marcellin Salembéré, a d’abord eu une pensée pieuse pour les personnes arrachées à l’affection de la grande famille judiciaire au cours de l’année judiciaire écoulée.

Il est aussi revenu sur sa vision en ce qui concerne l’exercice de la profession et la vocation de l’organisation dont il a désormais en charge la responsabilité première.

« Je suis animé d’une volonté pour apporter de la terre à la terre », a-t-il soutenu par emprunt aux propos du premier bâtonnier du Burkina, Me Pacéré Frédéric Titinga (qui était également présent à la cérémonie).
La cérémonie, qui s’est achevée par une remise de présents aux membres de l’équipe sortante, a enregistré la présence de délégations des barreaux du Niger et de la Côte d’Ivoire.

O.L
Lefaso.net

Lefaso.net