Aflasafe : Pour de l’arachide clean du champ à l’assiette

49

Le Burkina Faso pourra bientôt dire adieu aux aflatoxines, du nom de ces champignons poisons très résistants qui attaquent l’arachide, le maïs, le riz ou le sorgho. Le produit dénommé « Aflasafe BF01 » a été développé pour prévenir et réduire considérablement les cas de contamination. Le pays vient de lancer officiellement le produit naturel, bio-pesticide, ce 26 juin 2018 à Ouagadougou.

Les nutritionnistes désignent les aflatoxines comme des poisons sécrétés par un champignon appelé « Aspergillus flavus ». Ce champignon qui résiste à la cuisson et au malaxage réside dans le sol. Il peut infecter jusqu’à 65% des cultures de rente telles que l’arachide, le maïs, le riz, les piments secs, le sorgho. La consommation de ces produits contaminés peut entrainer la mort ou la perte des récoltes.

Face à cette situation, les acteurs favorables au développement durable se sont mobilisés pour mettre en place des initiatives technologiques visant à renverser ces effets négatifs dont le cancer par une alimentation saine et sécurisée, à identifier les moyens, accroître la production agricole en quantité et en qualité, et à booster les exportations.

Aflasafe : Pour de l’arachide clean du champ à l’assiette
Aperçu du produit Aflasafe BF01.

Dans cette disposition de lutte, l’Institut International d’Agriculture Tropicale (IITA) a développé un produit biologique de lutte contre les aflatoxines du champ à l’assiette. Le produit bio-pesticide est dénommé « Aflasafe ». Il a déjà été testé, homologué dans six pays et déployé dans 13 pays. Ce « sorgho bleu » à dispatcher dans les champs sera commercialisé au Burkina courant 2018 au prix estimé à 1.100 FCFA le Kilogramme.

Le produit vient de faire sa « descente antiseptique » au Pays des Hommes intègres. L’IITA, en collaboration avec ses partenaires notamment le Service de recherche agricole du ministère de l’agriculture des Etats-Unis (USDA-ARS) et l’Institut burkinabè de l’environnement et de recherches agricoles (INERA), a lancé officiellement « Aflasafe BF01 », ce mardi 26 juin 2018 à Ouagadougou.

Un vaccin pour défendre la santé humaine, animale et commerciale…

L’IITA basé au Nigeria dispose de 50 ans d’expériences. C’est un centre de recherche membre du Groupe consultatif pour la recherche agricole internationale. Le directeur chargé du Transfert de technologie d’Aflasafe et de sa commercialisation, Abdou Matieyedou Konlambigue, a indiqué que « Aflasafe est un bio-pesticide, 100% naturel, qui réduit systématiquement la contamination du maïs, de l’arachide par les aflatoxines ».

Selon le phytopathologiste burkinabè, Dr Adama Néya, la contamination de l’aflatoxine se fait en deux phases : avant et après la maturité des cultures. Le chercheur à l’INERA a révélé qu’il existe jusqu’à 40% de grains dans les ménages qui sont contaminés à l’aflatoxine. Il a expliqué qu’avant la maturité de la culture, le long du cycle végétatif, les blessures causées par les insectes et les oiseaux, les hautes températures et les conditions sèches peuvent favoriser la contamination.

Aflasafe : Pour de l’arachide clean du champ à l’assiette
De l’arachide contaminée par les aflatoxines.

Egalement, l’aflatoxine augmente sur les cultures en maturité avant ou après la récolte. A ce niveau, les graines deviennent vulnérables jusqu’à la consommation. L’humidité élevée dans les champs, les conditions de stockage inappropriées (sur le sol, lors du transport ou lors du séchage) et la pluie sur la culture en maturité peuvent aussi augmenter la contamination.

A en croire les diététiciens, l’aflatoxine a de lourdes conséquences sur la santé humaine, animale et commerciale. « Les effets des aflatoxines sur la santé, l’agriculture et le commerce en Afrique sont considérables. En exemple, l’aflatoxine est parmi les vecteurs du cancer du foie qui fait chaque année des milliers de victimes dans le monde, notamment en Afrique », a déploré le Chargé de mission du ministre de l’agriculture, Aly Rouamba.

Noufou KINDO

Burkina 24

Burkina24.com