Administration et gestion: Le SYNAPAGER dénonce des « dysfonctionnements administratifs »

407

Le Syndicat national des personnels d’administration et de gestion de l’éducation et de la recherche  (SYNAPAGER) était face à la presse ce samedi 5 mars 2016. Le syndicat dénonce ce qu’il appelle des « dysfonctionnements administratifs » et qui se traduisent par l’ouverture des concours professionnels des Personnels d’administration et de gestion (PAG) aux personnels de l’éducation.

Le SYNAPAGER dénonce une injustice qui prévaut dans l’emploi des Personnels d’administration et de gestion (PAG). Cette injustice est caractérisée selon les responsables du syndicat par la participation des instituteurs certifiés au concours des PAG et les nominations « abusives » d’agents d’autres emplois de l’éducation dans l’emploi des PAG.

Le SYNAPAGER dit « Non à cela »…

Le SYNAPAGER par la voix de Wendyam Zongo, secrétaire général du syndicat dit « non à cela ».  Selon lui, dans un contexte de modernisation de l’administration, chacun est censé évoluer dans son emploi, dans son couloir. « Celui qui est appelé pour administrer, administre et évolue dans ce sens et celui qui est appelé  pour enseigner, enseigne et évolue dans ce sens », a déclaré Wendyam Zongo.

Le SYNAPAGER a dit se référer à l’article 11 de l’arrêté 2014-0065/MENA/SG/DRH portant conditions et modalités d’affectation des Instituteurs certifiés (IC) et Instituteurs adjoints certifiés (IAC) à des postes  d’administration et de gestion qui stipule ceci : « l’affectation d’un IC, IAC à un poste d’administration et de gestion ne donne pas droit à un changement d’emploi ni de catégorie. Ils peuvent être redéployés en classe ».

…stop au revirement de situation

Le syndicalistes se fondent sur cet arrêté et fustigent cet autre arrêté datant du 23 décembre 2015 et co-signé sous la transition par les ministres Samadou Coulibaly (éducation), Augustin Loada (fonction publique) et Jean Gustave Sanon (économie et finances) et qui traite de la mise en place d’une commission de travail sur le reversement dans les emplois d’administration et de gestion scolaire et universitaire. Il s’agit de l’arrêté n°2015-057/MENA/MFPTSS/MEF.

Tout ceci selon les syndicalistes relève d’un rapport de force. Pour Wendyam Zongo, secrétaire général du Syndicat, « trop, c’est trop ». Citant Montesquieu dans son ouvrage L’esprit des lois qui disait que « la liberté est le droit de faire ce que les lois permettent », ses camarades militants  et lui estiment que force doit demeurer à la loi.

Et exige.

De cette conclusion, le SYNAPAGER exige l’ouverture des concours professionnels des CASU ET CISU « uniquement » aux PAG pour compter de la session de 2016 et l’arrêt « systématique » des reversements ou nominations d’autres agents dans l’emploi des PAG.

Oui KOETA

Burkina24

Burkina24.com