8-Mars : A quand la femme ?

188

Demain 8 mars sera célébrée la journée internationale de la femme. Au Burkina, depuis des années, cette journée de célébration des droits de la femme a pris une autre tournure. S’asseoir pour mieux penser les conditions de vie de la femme a été passé outre au profit des « dandjoba » et autres fêtes.

Cette année encore, on dansera, on boira et, peut-être, des foyers seront brisés. Mais touchons du bois ! « Entreprenariat agricole des femmes : obstacles, défis et perspective », est le thème choisi par le gouvernement pour la célébration de cette journée.

Hormis certaines activités programmées par le gouvernement, l’esprit qui va prévaloir lors de cette journée est d’office connu : on va boire et manger jusqu’à rompre avec la lucidité. Mais est-ce à cela que doit se résumer cette célébration ? Officiellement, le 8-Mars est dénommé « Journée internationale des droits des femmes ». Elle a pour but la revendication de l’égalité femmes-hommes.

Peu à peu, on est arrivé à l’appeler « fête de la femme », ce qui explique le caractère festif accordé à cette journée sous nos tropiques. Elle est plus perçue comme une bataille de pagnes. Avant la chute du régime Compaoré, le monopole du commerce du pagne n’était accordé qu’à une seule personne. Et avec une certaine politisation, on se faisait beaucoup de sous. 

Sous la Transition, la volonté a été émise d’utiliser le Faso Danfani comme pagne de célébration du 8-Mars.  Mais qu’en est-il réellement de la défense des droits des femmes ? Cette journée dédiée au bien-être de la femme est devenue une course acharnée pour les pagnes et une grande fête pour la gente féminine, le jour où il faut faire l’homme et non commencer à être comme l’homme.

Ne serait-il pas temps d’ailleurs de supprimer cette célébration du calendrier des « journées chômées-payées » pour plus revenir à l’esprit initial de ce cadre censé être un tremplin de réflexion pour sortir l’autre moitié du ciel de l’ornière de la dépendance et de ses corollaires ?

Le Rédaction

Burkina24.com