2e édition de la journée conseil emploi : Renforcement de compétences en matière de recherche d’emploi de plus de 1000 jeunes

27

A l’instar du monde entier, le Burkina Faso commémore, ce 1er mai, la fête de travail. Pour marquer cette commémoration, l’association Mahna a tenu ce samedi 1er mai 2021 à Ouagadougou, dans les locaux de la Ruche, une journée dénommée « Conseil emploi », 2e du genre, au profit des jeunes. Objectif, renforcer les compétences des jeunes en matière de recherche d’emploi et de les aider à être compétitifs sur le marché. En marge de cette journée, une convention de financement de plus de 549 millions de FCFA a été signée afin d’accompagner l’association Mahna dans sa volonté de favoriser l’entrepreneuriat burkinabè chez les jeunes et les femmes.

Plus de 1000 jeunes se sont inscrits pour prendre part à cette 2e édition de la journée conseil emploi qui s’est tenue ce 1er mai 2021 à Ouagadougou. Une opportunité que l’association Mahna a offerte à ces jeunes afin de renforcer leurs compétences en matière de recherche d’emploi.

Hélène Guehenneuc, directrice de l’association Mahna

Pour la directrice de Mahna, Hélène Guehenneuc, il s’agit d’un espace de coaching et de travail offert aux jeunes en leur permettant de rencontrer et d’échanger avec des experts des ressources humaines de plus d’une vingtaine d’entreprises dont Diacfa, Bolloré et des agences de placement comme Vision PRO-RH, Exterhum Africa, etc. En plus de ces rencontres, poursuit-elle, on leur donne l’occasion de participer à des ateliers pour renforcer leurs compétences notamment sur comment optimiser leur curriculum-vitae, la lettre de motivation et comment réussir son entretien d’embauche.

Une signature de convention pour accompagner l’association Mahna

« Tout cela correspond pleinement à ce que le ministère en charge de l’Emploi cherche à faire en matière de politique publique et c’est ce que nous aussi, en tant que partenaires, cherchons à faire ensemble », a complété l’ambassadeur de France, Luc Hallade. Ce qui permettra, dit-il, aux jeunes d’avoir facilement l’emploi sur le marché du travail, parce qu’il y a actuellement plus de cinq millions de jeunes au Burkina qui ont l’âge compris entre 15 et 30 ans et cela est un vrai défi.

Car ces jeunes doivent pouvoir, explique-t-il, s’insérer dans le marché de l’emploi et c’est tout ce qu’on peut faire pour accompagne les jeunes au Burkina, mais il y a aussi les partenariats avec la diaspora africaine notamment la diaspora burkinabè avec laquelle Mahna est en alliance pour mobiliser les énergies positives et d’aider les jeunes burkinabè à créer de l’emploi et à s’insérer dans le marché de l’emploi, voire à créer des entreprises. « Le cas où ils ont des entreprises, il faut les accompagner à mûrir leurs projets et à trouver des financements adéquats pour pouvoir les lancer, et nous sommes très heureux de pouvoir contribuer à ce que la jeunesse burkinabè trouve sa place dans la société ».

Victor Kaboré, représentant du groupe Bolloré

Pour le responsable du développement de compétence chez Bolloré Transport Logistique Burkina, Victor Kaboré, au cours de cette journée, il a été question pour eux d’apprendre aux jeunes comment se préparer aux entretiens d’embauche et bien sûr à la rédaction de leurs curriculum-vitae, tout en répondant à toutes les questions liées à la structure, comment l’intégrer, quelles sont les compétences que l’entreprise dispose et qu’est-ce qu’elle recherche dans le recrutement d’un employé, etc.

Même son de cloche chez l’agence de placement « Exterhum Africa ». Car pour la cheffe du personnel, Adeline Yaro, sa société est spécialisée dans le placement et cette journée est l’occasion d’échanger avec les jeunes demandeurs d’emploi pour les éclairer d’abord sur le côté sombre des cabinets de placement mais aussi leur montrer comment présenter leur CV quand ils sont à la recherche d’un emploi afin de l’obtenir.

Adeline Yaro, cheffe de recrutement de l’agence de placement Exterhum Africa

Et selon elle, un CV bien présenté, c’est un CV où l’on retrouve notamment les informations sur le poste recherché, l’experience acquise en la matière, le niveau d’étude, les détails sur les différentes aptitudes de compétences acquises et au moins trois tâches par société traversée.

Une journée salutaire

Cette journée conseil emploi est saluée pour la plupart des étudiants sur place. Car pour Lida Ouédraogo, étudiante en 2e année de finance et comptabilité, en tant qu’étudiant et futur employé, une telle journée est à saluer. « Parce qu’elle nous permet d’apprendre plus sur le marché d’emploi et quelles sont les aptitudes à avoir quand nous irons à la recherche d’un emploi ». Même jugement fait par Benjamine Tiendrébéogo, elle-aussi, étudiante en finance et comptabilité. Selon elle, c’est un pas vers l’avenir, parce qu’elle dit avoir appris beaucoup de choses qui lui permettront d’être prête en allant à la recherche d’un emploi.

Benjamine Tiendrébéogo, étudiante en 2e année de finance et comptabilité

Une enveloppe de plus 549 millions de FCFA pour Mahna

En marge de cette 2e édition de la journée Conseil emploi, une signature de convention de financement a été également signée entre l’association Mahna, l’ambassade de France et le ministère en charge de l’Emploi. Il s’agit d’une convention de plus de 549 millions de FCFA que le ministre français de l’Europe et des Affaires étrangères, à travers l’ambassade de France au Burkina, apporte à l’association Mahna pour une durée de deux ans afin d’accompagner sa volonté de favoriser l’entrepreneuriat burkinabè notamment chez les jeunes et les femmes, a fait savoir l’ambassadeur de France, Luc Hallade.

Jean-Philippe Dakouré, secrétaire général du ministère en charge de l’Emploi

Une convention qui, selon lui, va également servir à mobiliser l’expertise de la diaspora burkinabè et la Maison de l’entreprise qui contribueront à accompagner les jeunes dans leur recherche d’emploi. La troisième partie de cette convention, c’est d’aider à la création d’un club d’investisseurs qui sera un réservoir de business et des accompagnateurs des jeunes sur le marché de l’emploi ou sur la création de l’activité économique.

Le secrétaire général du ministère en charge de l’Emploi et représentant son ministre, Jean-Philippe Dakouré, a pour sa part félicité les initiateurs et encouragé les bénéficiaires à se montrer assidus et à s’approprier le projet qui va leur permettre de réaliser leurs projets. Tout en rassurant tous les partenaires de la disponibilité du ministère en charge de la Jeunesse pour accompagner Mahna sur le terrain.

Yvette Zongo

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici