Western accord 2016: Roch Marc Christian Kaboré dans la peau d’un chef militaire

201

Le Western accord 2016, qui se tient depuis le 2 mai 2016 dans l’enceinte du camp militaire Bila Zagré sis à Kamboinssé, prend fin ce vendredi 13 mai 2016. A 24 heures de la clôture de cet exercice militaire multinational, les participants ont reçu la visite ce jeudi dans la matinée, du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré.

 

Le Chef suprême des armées du Burkina Faso est venu constater de visu les opérations menées par les 300 participants et a confié au passage que cet exercice va améliorer la capacité des militaires de la Cédéao tant en temps de paix et en temps de crise.

C’est dans la peau d’un chef militaire que Roch Marc Christian Kaboré a fait le tour de tous les compartiments de l’opération 2016 de la Western Accord. Les participants, venus de 25 pays et institutions (ONU, Cédéao et Union Africaine, Ndlr) sont mis en situation réelle de poste de commandement. Et l’exemple pris est sur la Minusma, l’opération de maintien de la paix onusienne au Mali.

De la cellule du groupe conjoint au contrôle de l’exercice à celle du fictif poste de commandement de la force de la Minusma située dans le secteur ouest du Nord-mali, le chef de l’Etat qui assume par ailleurs le poste de ministre en charge de la Défense nationale a pris le pool à chaud de l’exercice. Mais bien avant cela, il a été briefé sur l’édition 2016 de la Western Accord qu’abrite son pays.

« Je pense que c’est un bon exercice du donné et du recevoir (…) Au regard des explications qui nous ont été données, c’est une force multi-internationales dont l’objectif est de partager les connaissances en vue de mieux assurer la paix et la stabilité dans notre sous régions. Je voudrai dire qu’il est important que l’ensemble des forces africaines et ses alliés puissent mener des exercices qui nous permettent d’être opérationnelles le plus rapidement possible », a laissé entendre le président du Faso à l’issue de  sa visite.

Western accord 2016: Roch Marc Christian Kaboré dans la peau d’un chef militaire

Il a aussi formulé le vœu que cet exercice, initié en 2012 par Africom, le Commandement américain pour l’Afrique, puisse être pérenne pour le bonheur de toute la sous région ouest africaine en proie à des attaques terroristes. Pour lui,  chaque pays participant se doit de tirer les bons enseignements pour une meilleure organisation de son armée.  « L’objectif en final c’est de permettre également aux africains d’assurer eux même leur propre sécurité et cela est important » a estimé M. Kaboré.

In fine pour le chef suprême des armées, c’est en mutualisant des éléments d’informations et de renseignements, les moyens d’actions sur le terrain et en coupant les sources de financement des groupes terroristes que l’Afrique viendra à barrer la route aux terroristes.

« Nous devons vivre avec cette menace tout en prenant les dispositions tant sur le plan sécuritaire qu’au plan de nos habitudes tous les jours pour que nous puissions ensemble mener ce combat  qui sera certainement long mais qui verra forcément la victoire de la liberté et de la démocratie » foi du Roch Marc Christian Kaboré.

Western accord est un exercice qui a été initié depuis 2012 par Africom au profit des pays membres de la Force en attente de la Cédéao et duplique une mission de soutien à la paix sous mandat des Nations Unies. Western Accord a pour objectif d’accroître l’interopérabilité des armées africaines et leur permettre de conjuguer leurs capacités pour opérer ensemble avec le soutien de leurs partenaires occidentaux. L’édition 2016 qu’abrite le Burkina Faso est co-organisée par l’armée burkinabè et Africom. La prochaine édition se tiendra en 2017 au Ghana.

 

 

Fasozine