VIH SIDA : Eliminer la transmission mère-enfant d’ici la fin de l’année

29

VIH SIDA : Eliminer la transmission mère-enfant d’ici la fin de l’année

Les agents du secrétariat permanent du Conseil national de lutte contre le VIH/Sida (SP/CNLS) ont ouvert les portes en ce jour de rentrée administrative 2017-2018. A l’occasion, le Haut représentant du chef de l’Etat, Chérif Sy a rappelé la philosophie qui sous-tend l’organisation d’une telle activité. « La rentrée administrative du SP/CNLS est un rappel à l’ensemble du personnel, à savoir, les cadres, agents, associations partenaires, qu’il y a un objectif à atteindre. Celui qui est d’éradiquer le Sida d’ici 2030 », a-t-il expliqué.

Pour atteindre ce résultat, il a été demandé aux acteurs impliqués dans la lutte contre le VIH/Sida de redoubler les efforts. Pour sa part, le Haut représentant du président du Faso a réitéré l’engagement des autorités à la construction de la patrie. « Il était important, au nom du chef de l’Etat, que nous puissions tous être là pour nous solidariser dans le même esprit avec les travailleurs de ce centre », a signifié M. Chérif Sy pour justifier sa présence à la cérémonie. Avant de quitter le siège du secrétariat permanent du CNLS-IST, il a consigné son message dans le livre d’or.

VIH SIDA : Eliminer la transmission mère-enfant d’ici la fin de l’annéeCe fut ensuite au tour du secrétaire permanent du CNLS, Dr Didier Romuald Bakouan de dévoiler les activités inscrites à l’ordre du jour de cette rentrée solennelle. « On va discuter de trois thèmes qui sont la mobilisation des ressources, le mode de transmission du VIH et la participation communautaire. Après cette conférence thématique, un déjeuner est prévu. Il se résume à une dégustation de mets traditionnels des 13 régions du Burkina Faso. Cette activité permettra à chacun de comprendre et de connaitre sa région », a-t-il noté.

Outre ces activités phares, une séance d’aérobic est prévue dans l’après-midi à 16h. Objectif : Préparer l’esprit et le corps des acteurs pour leur permettre de travailler efficacement durant les douze prochains mois.

Des actions fortes pour éradiquer le fléau

VIH SIDA : Eliminer la transmission mère-enfant d’ici la fin de l’annéeEn effet, pour l’année 2017-2018, les grands chantiers du SP/CNLS se résument en trois points. La première activité est axée sur le dépistage sérologique des personnes. « (…) A l’heure actuelle, nous avons engagé d’ici 2020, que 90% des personnes infectées connaissent leur statut. Si nous ne mettons pas cette activité en priorité, nous ne pourrons pas atteindre les autres objectifs », confie Dr Bakouan.
La deuxième activité consiste à faire en sorte que les personnes atteintes du VIH soient mises sous Anti rétro viraux (ARV). « Nous ne voulons plus que quelqu’un attende un traitement », a martelé le SP/CNLS. Dans cette dynamique, il a informé qu’il y a suffisamment d’ARV pour tous les malades. Un ouf de soulagement pour certains qui n’attendaient que cela.

La troisième priorité du SP/CNLS se rattache à l’élimination de la transmission mère-enfant du virus du Sida, d’ici la fin de l’année.
« Voilà trois grands jalons qui nous paraissent importants. Si on peut les atteindre d’ici 2018, ce sera un succès pour nous et on aura tranché les sillons jusqu’en 2020 », a déclaré Dr Bakouan.

S’appuyant sur le slogan pour 2030 « pas de nouvelles infections liées au VIH », le SP/CNLS a invité la population à avoir des comportements responsables. « Pour éviter les nouvelles infections ce n’est pas le traitement. C’est le comportement des uns et des autres. Si vous tous, les jeunes qui êtes là, vous décidez aujourd’hui et maintenant, d’être fidèles à votre partenaire, le virus n’aura plus de chemin pour aller. Aussi, si par hasard vous vous trompez de femmes ou d’hommes, portez un préservatif », a-t-il conseillé.

Le taux de prévalence du VIH/Sida au Burkina Faso est de 0,7%.

Aïssata Laure G. Sidibé
Lefaso.net

Lefaso.net