Validation de la stratégie ministérielle en charge du commerce : Les acteurs en concertation

113

Le Ministère du commerce, de l’industrie et de l’artisanat a organisé ce mardi 14 août 2018 à Ouagadougou un atelier d’examen et de validation de la stratégie ministérielle et son Plan d’Actions triennal de 2018- 2022.

Pour la mise en œuvre de la Politique sectorielle du ministère du commerce, de l’industrie et de l’artisanat (MCIA) composée de la transformation industrielle et artisanale (PS-TIA) et du Commerce et Services Marchands  (CSM), il faut une stratégie ministérielle.

C’est dans le but de décliner ces deux référentiels sectoriels dans un cadre de cohérence qui circonscrit le champ d’actions du MCIA que le département a décidé de se doter d’une stratégie ministérielle assortie d’un plan d’actions opérationnel.

Ainsi, l’élaboration et la rédaction de la stratégie ministérielle a été confiée à un consultant. La rencontre de ce mardi 14 août 2018 à Ouagadougou vise à examiner de façon approfondie, les éléments de diagnostic, de stratégies, les actions et activités proposées dans le plan d’actions.

Selon le ministre en charge du commerce, Harouna Kaboré, il s’agit de l’examiner et de l’adopter, avec l’ensemble des acteurs qui interagissent avec le ministère afin de disposer d’un instrument de gestion qui servira de document de base dans la conduite des actions dans les cinq années à venir.

Par ailleurs, il a fait comprendre que cette stratégie ministérielle consistera à  replacer au cœur  du ministère, la question liée à l’industrialisation, le soutien et l’accompagnement des PME, et le développement du secteur privé.

Validation de la stratégie ministérielle en charge du commerce : Les acteurs en concertation
Les acteurs du ministère examinent la stratégie

Pour rappel, suite aux orientations gouvernementales relatives à la déclinaison des instruments de planification entrant dans le cadre 3 de l’opérationnalisation du PNDES, la Politique sectorielle « transformations industrielles et artisanales » (PS-TIA) a été adoptée en Conseil des Ministres le 4 avril 2018.

Sa vision était que le Burkina Faso dispose à l’horizon 2027 d’un secteur secondaire dynamique, performant et moderne, soutenu par un tissu industriel, artisanal et diversifié, compétitif, porteur de croissance durable et d’emplois décents.

Quant à la Politique sectorielle « commerce et services marchands » (PS-CSM), elle a été adoptée en Conseil des Ministres le 4 juillet 2018 avec pour vision que le Burkina Faso dispose à l’horizon 2027 d’un secteur de commerce et services marchands dynamique et compétitif qui conquiert des parts du marché international.

Jules César KABORE

Burkina 24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Burkina24.com