UPC : Des militants réclament leurs mandats aux députés frondeurs

32

UPC : Des militants réclament leurs mandats aux députés frondeurs

Comme annoncé lors de la conférence de presse le 10 octobre 2017, ils ont initié une marche, ce jeudi 12 octobre 2017, pour remettre un message au Président de l’Assemblée nationale. Mais, ils n’ont pas réussi à le faire parce que leur manifestation a été qualifiée d’illégale par la mairie pour vice de forme de la demande d’autorisation. « Nous avons introduit une demande au niveau de la mairie de Ouagadougou pour, ce matin, pouvoir remettre une lettre au Président de l’Assemblée nationale. Et l’intérimaire, Maître Bénéwendé Sankara nous avait répondu favorablement, il nous avait même donné rendez-vous à 10h pour recevoir la lettre », a confié Jean Léonard Bouda, militant du Kadiogo, un des responsables de la manifestation.

UPC : Des militants réclament leurs mandats aux députés frondeurs
des manifestants

Mais, les choses ne se passeront pas comme prévues. Un courrier de la mairie de Ouagadougou viendra tout chambouler la veille. « A notre grand étonnement, hier soir vers 14h, nous recevons un courrier qui nous dit qu’il manque deux noms de responsables de cette manifestation. Nous nous sommes immédiatement déportés pour donner les deux noms. A ce niveau, ils nous ont dit qu’il faut réintroduire une autre demande et attendre 72h. Nous avons pensé donc que c’est de la mauvaise volonté », a expliqué Jean Léonard Bouda.

La manifestation n’est donc pas autorisée. Qu’à cela ne tienne ! Dès 7h, les militants conviés à la manifestation, convergent vers le côté Ouest du pont Kadiogo. Ils étaient quelques centaines aux environs de 8h. Puis, les tractations commencent. Les premiers responsables de la manifestation se concertent pour décider de l’attitude à tenir. Pendant ce temps, les militants de base lancent des slogans hostiles aux députés frondeurs. « Non à la spéculation de nos mandats électifs », « non aux députés corrompus », « non au nomadisme politique », « rendez-nous nos mandats »….

UPC : Des militants réclament leurs mandats aux députés frondeurs
en route pour le domicile de la député Korbéogo les manifestants rebroussent chemin après négociation avec la police

Au nombre des manifestants, on trouve de simples militants de base, mais aussi des conseillers municipaux, des maires d’arrondissements, des députés. C’est d’ailleurs les députés qui se sont concertés pour enfin décider que les manifestants délèguent deux ou trois personnes pour aller remettre le message au vice-président de l’Assemblée nationale. Mais, cette option n’a pas non plus prospéré. « Nous n’avons pas pu remettre notre message. Le Premier vice-président de l’Assemblée nous a demandé finalement de remettre le message au Commandant de police. Et nous pensons que le message est assez important et donc, nous avons dit que nous n’allons pas remettre le message au Commandant de police », a précisé Jean Léonard Bouda.

Entre temps, la situation a failli dégénérer entre forces de sécurité et manifestants puisque les derniers cités ont voulu forcer pour se rendre à l’Assemblée nationale. On a assisté alors à un face à face tendu pendant quelques minutes. Finalement, les manifestants décident de replier et se rendent au siège de leur parti, l’UPC. De là-bas, après concertations, ils conviennent de se rendre au domicile de l’honorable Fatimata Korbéogo/Ouédraogo, l’élue de la province du Kadiogo pour réaffirmer leur détermination à reprendre leur mandat. Là encore, les choses ne se passeront pas comme prévu. Leur marche sera stoppée par les forces de l’ordre. Après négociations, ils décident de repartir au siège du parti pour de nouvelles concertations en vue de mieux peaufiner leur stratégie pour reprendre les mandats qu’ils avaient confiés aux députés frondeurs.

UPC : Des militants réclament leurs mandats aux députés frondeurs
Jean Léonard Bouda explique les tractations en cours

Au même moment, dans les provinces d’origine des autres députés frondeurs, des manifestations devraient se tenir en vue du retrait de leurs mandats. « Dans les autres provinces, les manifestations sont en train de s’organiser et d’ici la fin de la semaine, vous aurez des échos pour les autres provinces », confie-t-on.
Au cours de la rencontre du Bureau politique national du parti annoncée pour le 14 octobre, la question s’invitera au débat.

Le feuilleton du retrait de mandats des députés frondeurs n’a sans doute pas encore fini de se jouer.

Moussa Diallo
Lefaso.net

Lefaso.net