Tribune – “Burkina réveille-toi, les bandits sont à 70 km de Ouaga !”

32

Ceci est une tribune d’un citoyen sur la situation sécuritaire nationale.

Il est temps de refondre la Nation au creuset de la Résistance et de continuer l’œuvre des Héros nationaux qui dorment sous ce monument !

Burkina réveille-toi, les bandits sont à 70km de Ouaga ! 

Thucydide a dit « il est dans la nature de l’Homme d’opprimer ceux qui cèdent et de respecter ceux qui résistent ». Athènes est bien loin du Burkina, mais la sagesse traverse les âges et les continents : ceux qui ne résistent pas méritent l’oppression qui s’abat sur eux ! La semaine passée, près de 40 morts dans le Nord, en particulier dans le Bam. Dans le Sud, des djihado-racketteurs, à l’Est les suppôts de Daech…A l’heure où nous rédigeons, la capitale est encerclée par les soudards hypocrites de la Foi, mais heureusement tout le monde ne reste pas transi de peur en attendant une aide de la Providence !

Parmi de nombreux autres, à Kongoussi, la Coordination du Mouvement Populaire pour la Résistance du Bam s’est résolument inscrite dans la lutte contre les criminels d’Ansarul Islam, de l’EIGS et de tous les autres bandits de grand chemin. Chaque village fourni des hommes, et les anciens canalisent les bonnes volontés. Si la victoire ne fait aucun doute, il ne faut pas tomber dans la complaisance : l’ennemi est à nos portes, ceux qui ne sont pas encore mobilisés sont déjà en retard !

Du côté des militaires, on a bien compris que les FDS pouvaient porter le feu chez l’ennemi mais qu’elles devaient être épaulées par l’âme de la Patrie des hommes intègres ! Plusieurs officiers de haut rang laissent entendre qu’un protocole d’intégration des mouvements d’autodéfense dans une Garde Nationale serait à l’étude autour de 3 points qui garantiront la cohérence de l’effort national et la cohésion de la Nation burkinabè :

  1. Les bandits sont d’origines diverses, mais la plupart viennent du Burkina : il ne faut pas cibler des communautés en particulier, mais bien les ennemis qui ont infiltrés ces communautés.
  2. Ne pas se lancer dans des expéditions hasardeuses: il faut réagir à des attaques directes et sinonsignaler à la gendarmerie ou aux FDS les renseignements dont on dispose.
  3. C’est la coordination qui fera le succès de la résistance : il faut se mettre en relation avec ses voisins, avec la capitale, relayer l’information le plus possible par GSM et internet afin que les terros ne puissent plus se cacher.

Issa Ba

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici