Tour de France 2019 : 3 400 km à parcourir en 21 étapes

202
Tour de France 2019 : 3 400 km à parcourir en  21 étapes

Du 6 au 28 juillet 2019 se tient la 106e édition du Tour de France, une édition qui marque le cinquantenaire de la première victoire sur le Tour d’Eddy Merckx. En effet, 50 ans après la première victoire du « cannibale », le Tour de France rend hommage à Eddy Merckx, le coureur belge qui est l’un des rares quintuples vainqueurs de l’épreuve, en partant de la capitale belge, Bruxelles.

Le parcours de la grande boucle 2019 fait cette année 3 480 kilomètres de long, répartis en 21 étapes dont deux contre-la-montre (un par équipe et un individuel). C’est un tour considéré comme très montagneux avec 30 cols de deuxième catégorie.

L’épreuve comporte en outre sept ascensions allant au-delà des 2 000 mètres d’altitude, dont le toit du Tour étant le col de l’Iseran s’élevant à 2 764 mètres d’altitude. Pour la 1re semaine de course, le tour fera la part belle à la moyenne montagne avec une étape au profil accidenté comportant quatre côtes dans les derniers kilomètres pour favoriser les puncheurs et permettre par la suite aux sprinteurs de pouvoir s’imposer avant de laisser la place aux baroudeurs et aux grimpeurs durant le reste du tour.

Cette année, l’étape la plus longue, qui est de 230km, sera parcourue entre Belfort et Calon-sur-Saône lors de la 7e étape ce vendredi 12 juillet 2019, avant d’aborder les Pyrénées, une étape de plaine, dite de transition est au programme. Le massif sera abordé par trois étapes montagneuses, entrecoupées par un contre-la-montre le 19 juillet qui coïncidera avec le centenaire de la création du maillot jaune, qui avait été décerné à Eugène Christophe à Grenoble.

Après le jour de repos, les sprinteurs auront une occasion d’en découdre dans une étape en boucle pour la 3e semaine de compétition. Elle sera cependant précédée par le triptyque alpin qui se dressera devant le peloton avec trois étapes qui auront pour mot d’ordre la très haute altitude, avec six ascensions qui dépasseront la barre des 2 000 mètres.

La dernière étape alpine, 24 heures avant Paris, permettra aux cyclistes amateurs et semi-professionnels du monde entier de se mesurer à la légende du Tour au cours de la cyclosportive de « l’Étape du Tour », qui avait vu plus de 14 000 participants l’année précédente. Enfin, comme à l’accoutumée, un transfert aérien amènera les coureurs en région parisienne pour l’ultime étape qui jugera l’arrivée sur les Champs-Élysées le 28 juillet.

La cuvée 2019 est marquée par de nombreux forfaits majeurs. Quadruple vainqueur de l’épreuve et troisième de l’édition 2018, Christopher Froome est forfait à la suite d’une lourde chute sur le Critérium du Dauphiné le 12 juin 2019. Quelques jours plus tard, c’est au deuxième du Tour de France 2018, Tom Dumoulin, de déclarer forfait en raison d’une blessure au genou dont il ne s’est toujours pas remis. L’hécatombe se poursuit avec Primož Roglič, quatrième du Tour 2018, qui a renoncé à prendre le départ de la course.

Avec ces absences, plusieurs coureurs qui se voient en jaune au soir de la dernière étape sont ainsi cités comme principaux favoris du classement général. On retrouve parmi eux le vainqueur sortant Geraint Thomas et son coéquipier Egan Bernal (vainqueur à 22 ans de Paris-Nice et du Tour de Suisse).

Autres vainqueurs potentiels attendus, le Danois Jakob Fuglsang qui, à 34 ans, réalise la meilleure saison de sa carrière, avec notamment des succès sur le Critérium du Dauphiné et Liège-Bastogne-Liège, ainsi que les Colombiens Nairo Quintana et Rigoberto Uran, qui sont tous deux montés sur le podium lors des Tours précédents. Autres coureurs à prétendre au général, on a Vincenzo Nibali , qui sort d’une deuxième place sur le Tour d’Italie ; Mikel Landa, quatrième sur la même course ; le champion du monde Alejandro Valverde ; les Français Thibaut Pinot et Romain Bardet, grands espoirs du cyclisme dans l’hexagone.

Ainsi après la 5e étape, courue le 10 juillet sur une distance de 175,5km entre Saint-Dié-des Vosges et Colmar, c’est le Slovaque Peter Sagan qui est arrivé en tête. Le classement général, lui, est dominé par le français Julian Alaphilippe. Si la petite reine ces dernières années a été secouée par des cas de dopages, fort est de reconnaître que pour le moment, les organisateurs du Tour n’ont pas rencontré de cas. Présent en 2016 pour sa première participation, l’Érythréen Berhane est de retour sur le Tour avec pour ambition d’ouvrir la voie à d’autres coureurs africains.

Juste Ephrem ZIO

Lefaso.net


Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici