Top 15 des pays africains ayant le plus développé les TIC en 2017

130

La neuvième édition du rapport annuel de l’UIT intitulé « Mesurer la société de l’information 2017 » a été publiée le 15 novembre 2017. Considéré comme l’un des référentiels des données et des analyses mondiales les plus fiables et les plus impartiales au monde sur l’état du développement mondial des TIC, ce rapport est utilisé par plusieurs acteurs du secteur des TIC.

Le rapport annuel de l’UIT constitue une référence notamment pour les gouvernements, les organisations internationales, les banques de développement, les analystes du secteur privé et les investisseurs.

L’édition 2017 de ce rapport constate que des avancées significatives ont été enregistrées dans les domaines de l’Internet des objets (IoT), de l’analyse des données volumineuses, du cloud computing et de l’intelligence artificielle (AI). Des technologies qui permettront d’innover et de transformer fondamentalement les entreprises, les gouvernements et la société.

Mais aussi très attendu dans ce rapport comme toutes les années, le classement mondial de l’Indice de développement des TIC (ICT Development Index – IDI, en anglais). En 2017, l’Islande est en tête des classements IDI. Il est suivi par deux pays d’Asie et du Pacifique et de six autres pays d’Europe qui ont des marchés TIC compétitifs et qui ont connu des niveaux élevés d’investissement dans les TIC et l’innovation pendant de nombreuses années.

En Afrique, comme toujours, c’est l’île Maurice qui vient en tête. Avec un score de 5.88. L’île Maurice occupe le 72e rang mondial. Il est suivi par les Seychelles, 90e mondial et l’Afrique du Sud, 92e mondial. Aussi, note-t-on qu’en Afrique centrale, c’est le Gabon qui vient en tête en occupant le 6e rang africain et le 114e rang mondial avec un score de 4.11. Il y a un gain de 10 places pour ce pays, car en 2016, le Gabon était classé 124e mondial. En Afrique de l’Ouest, le Ghana est premier car classé 116e mondial et 7e rang africain.

« Le rapport de cette année montre que les TIC ont le potentiel de rendre le monde meilleur et contribuent énormément à la réalisation des objectifs de développement durable », a déclaré le Secrétaire général de l’UIT, Houlin Zhao. Cependant, relève-t-il, malgré les progrès globaux réalisés, la fracture numérique reste un défi à relever. Ceci est important, dit-il, car les TIC et l’économie numérique ont le potentiel de transformer la vie de milliards d’hommes, de femmes et d’enfants.

Pour sa part, Brahima Sanou, le directeur du Bureau de développement des télécommunications de l’UIT, espère que ce rapport sera d’une grande utilité pour les membres de l’UIT, en particulier les décideurs, le secteur des TIC et d’autres qui œuvrent à l’édification d’une société mondiale de l’information inclusive.

« Tirer pleinement partie des avantages économiques et sociaux de la révolution numérique nécessite des infrastructures physiques et des services efficaces et abordables, des compétences-utilisateurs plus avancées et des critères et indicateurs comparables au niveau international pour soutenir les politiques publiques favorables », observe Brahima Sanou.

Synthèse de Noufou KINDO

Burkina 24

Sources : TIC MAG

Leave a comment

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Burkina24.com