TIC et développement : Open Burkina s’ouvre à l’opinion publique

33

L’Association Open Burkina (Burkina Ouvert) est une organisation pionnière dans le domaine des données ouvertes au Burkina Faso et dans la Sous-région.

« Non non ! Il ne s’agit ni d’ouvrir les frontières du pays, ni de manger gratuitement les poulets flambés. Désolé ! Le concept d’Open qui veut dire « ouvert » est né avec le développement du numérique et traduit l’idée d’accessibilité. Les composantes du pays notamment le gouvernement, l’Assemblée nationale, la justice, les marchés publics, etc. doivent être ouvertes pour des questions de transparence, de redevabilité et de participation citoyenne ».

C’est la note distrayante qui accueille dans la rubrique « A propos » tout visiteur du « site open » à cette adresse. L’association qui a débuté ses activités depuis 2012 a été officiellement portée sur les fonts baptismaux en 2014 et légalement reconnue en 2017. Ses responsables ont choisi ce samedi 8 décembre 2018 pour présenter à la presse l’initiative qui promeut la bonne gouvernance et le développement durable.

Le siège social du mouvement est situé à Ouagadougou. « L’association Open Burkina est une initiative citoyenne agissant pour impacter positivement le Burkina à travers notamment l’amélioration de la transparence, la redevabilité, la participation citoyenne, tout en tirant profit du numérique et de l’innovation », explique Teg-Wendé Idriss Tinto, Coordonnateur de la structure.

Pour une société démocratique et ouverte à travers la participation citoyenne…

L’ingénieur de conception en informatique fait comprendre qu’Open Burkina est animée par des citoyens burkinabè indépendamment de leurs appartenances politiques ou associatives, présentant des profils divers et mus par le désir de mettre leurs compétences au service des valeurs de transparence et de démocratie. Le groupe, ajoute-t-il, est autogéré bénévolement par ses membres et contribue à la construction d’une société plus démocratique et ouverte à travers la participation citoyenne.

Open Burkina met en œuvre plusieurs projets, entre autres, dans les domaines de la commande publique ouverte, du Partenariat pour un gouvernement ouvert (PGO), de l’Open Transport et du soutien au développement des solutions des données ouvertes en Afrique francophone. Plusieurs autres projets sont en gestation dont l’ouverture des plans de développement, la collecte des données sur la qualité de l’air à Ouagadougou, la production de contenus locaux, la cartographie de l’efficacité énergétique et l’ouverture parlementaire.

Pour Idriss Tinto et ses collaborateurs, un gouvernement ouvert est un gouvernement qui montre ce qu’il fait, explique pourquoi il a choisi ces actions et pas d’autres, et écoute l’avis du citoyen sur ces choix et ces actions. Foi de geeks, une grande quantité de données qui est collectée par les administrations chôment dans les tiroirs et dans les bases de données de certaines structures.

« Il faut permettre d’aller chercher ces données, pour ensuite les mettre à la disposition de ceux qui en ont besoin afin que cela serve à produire de la connaissance utile à tous », complète le Coordonnateur adjoint du mouvement, Hyacinthe Kafando.

Noufou KINDO

Burkina 24

Votre commentaire sur ce sujet

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Burkina24.com