Terrorisme: « Personne ne défendra le Burkina Faso à notre place… » (Roch Kaboré)

133

A l’occasion de la commémoration du 95e anniversaire de l’école Alwata Diawara à Tougan le 28 novembre 2019, le président du Faso, qui est passé par cette école primaire en 1963, a insisté sur la nécessité des populations burkinabè à s’organiser en interne pour se défendre et défendre le pays parce que, « c’est à nous de l’assumer à tous les niveaux», selon lui.

Roch Marc Christian Kaboré, président du Faso, a rencontré les élèves de son ancienne école à Tougan

La cérémonie commémorative du 95e anniversaire de « l’école des présidents » a réuni les fils et filles de la région de la Boucle du Mouhoun dans la capitale du Sourou, à Tougan. Au-delà de l’aspect festif de cette commémoration qui a connu la présence d’autorités, de cadres, de fonctionnaires de l’administration, qui ont fait leur premiers pas dans cette école, elle a été interpellatrice sur la question sécuritaire qui secoue cette région depuis quelques mois, contraignant ainsi le gouverneur à la restriction de la circulation des populations à travers un couvre-feu instauré depuis mi-novembre. Cette situation d’insécurité a fait déplacer plus de dix mille personnes de la région parmi lesquels 2 561 élèves du Sourou. Une situation qui impacte l’éducation, moteur de tout développement.

« C’est à nous de l’assumer… »

Le président du Faso a fait une photo de famille avec le personnel éducatif de son ancienne école à Tougan

De retour dans son école primaire
où il a fréquenté en 1963, le président du Faso Roch Marc Christian Kaboré a fait
noter que l’objet de sa visite, au-delà de l’aspect sentimental, est une interpellation
importante sur « cette confiance que
nous devons garder en nous, que nous sommes aujourd’hui dans des difficultés,
et que ces difficultés, nous sommes convaincus que nous allons les surpasser et
revenir à une normalisation de la situation »
.

« [Cette visite] a été l’occasion pour nous de constater la communion, notamment des populations du Sourou, avec les récents mots d’ordre qu’elles ont prononcés pour appeler le peuple, au-delà de l’armée, à assurer une résistance, une sécurisation de leur zone. Cela est important parce que, plus nous montrons que nous fléchissons, plus les autres estiment qu’ils ont pris le dessus… », a-t-il poursuivi.

Le président du Faso a ainsi
salué la résistance qui se présente aujourd’hui dans certaines zones où, a-t-il
révélé, des populations se sont organisées et se battent contre les
terroristes, parfois dans des conditions où elles n’ont pas de moyens pour y
faire face. « Mais ils se battent au
prix de leur vie. Comme je le dis, personne ne défendra le Burkina Faso à notre
place. C’est à nous de l’assumer à tous les niveaux »
, a conclu Roch
Marc Christian Kaboré.

Armand Kinda

Minute.bf

Source : Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici