Terrorisme au Burkina: Vers un appui aérien de Barkhane

81

A la fin de sa visite officielle de 72h dans la capitale française, le président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré, a fait, le samedi 15 avril 2017 à l’aéroport international de Ouagadougou, le bilan de son séjour.
Le Burkina Faso veut mettre à profit sa coopération bilatérale avec la France, pour renforcer sa sécurité. C’est du moins, ce que l’on pouvait retenir de la visite officielle à Paris du chef de l’Etat, Roch Marc Christian Kaboré. A son retour de cette visite officielle de 72h, le président du Faso a, en effet, fait le point de son séjour, le samedi 15 avril 2017 à l’aéroport international de Ouagadougou. A l’entame, il a fait remarquer que la question sécuritaire a retenu leur attention. Pour ce faire, des mesures ont été envisagées par les deux chefs d’Etat pour renforcer la sécurité du pays des Hommes intègres. Ce renforcement de la sécurité se fera par l’intermédiaire de la force française Barkhane. « Nous avons décidé qu’il était important que nous puissions accroître la réactivité des forces de Barkhane, notamment dans la zone  Nord du Burkina Faso qui a fait l’objet de beaucoup d’attaques », a confié Roch Marc Christian Kaboré. À terme, cette mesure devra permettre de rendre plus efficace la réaction des Forces armées nationales (FAN) du Burkina par un appui aérien des forces Barkhane dans les cas d’urgence. « A ce niveau, des décisions ont été envisagées et elles feront l’objet d’une concertation entre le ministre de la Défense du Burkina Faso et celui de la France ; entre les chefs d’états-majors pour que désormais nous puissions assurer au mieux notre propre sécurité et compter également sur le fait que Barkhane puisse, en cas d’urgence, assurer le problème de couverture aérienne pour nous permettre de mieux avancer dans ce combat contre le terrorisme », a soutenu le chef de l’Etat. Pour ce faire, le partenaire français avait besoin de savoir l’étendue des engagements du Burkina dans le groupe du G5 Sahel. Chose qui a été faite, selon le président du Faso. « Nous avons également donné l’ensemble des informations qui concernent notre engagement en tant que G5 Sahel dans le cadre de la lutte contre le terrorisme », a-t-il fait savoir. Outre la sécurité, la question économique était aussi au menu de cette visite officielle du locataire du Palais de Kosyam qui a profité de l’occasion pour saluer la France pour sa participation à la table ronde des partenaires du Burkina tenue en début décembre 2016 à Paris. « Sur le plan économique nous avons salué la participation de la France à la table ronde des partenaires du Burkina », a relevé le chef de l’Etat. A ce sujet, il a souligné la nécessité de mettre en œuvre le plus rapidement possible les engagements pris lors de ladite table ronde. Le mandat du président français, François Hollande,  tirant à son terme, cette visite a permis à Roch Marc Christian Kaboré de le féliciter pour la mission accomplie. Lors de son séjour dans la capitale française, Roch Marc Christian Kaboré a également participé à une exposition sur les trésors de l’islam en Afrique. Cette participation lui a permis de faire des découvertes et de montrer les atouts de son pays dans ce domaine. « C’était l’occasion pour montrer que l’islam est une culture, une civilisation. C’était aussi l’occasion pour nous, non seulement de faire ces découvertes mais également de montrer qu’au niveau du Burkina Faso, nous avons la tolérance religieuse et que les différentes communautés fonctionnent en harmonie », a conclu le chef de l’Etat.
Marou SAWADOGO

sidwaya.bf