Télécoms : Ouagadougou accueille les régulateurs ouest-africains

176

Ouagadougou accueille les 25 et 26 avril 2019, la 16e Assemblée générale annuelle de la conférence des régulateurs des télécommunications d’Afrique de l’Ouest.

Les régulateurs ouest-africains des télécommunications sont réunis dans la Capitale burkinabè. C’est à l’occasion de la 16e conférence de l’Assemblée des régulateurs de télécommunications de l’Afrique de l’Ouest (ARTAO) qui se tient du 25 au 26 avril 2019.

Cette rencontre internationale réunit les 15 Etats de la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO), à l’instar de la Mauritanie, membre associé de l’organisation n’ayant pas pu faire le déplacement.

Selon le Président de l’Autorité de régulation des communications électroniques et des postes (ARCEP), Charles Millogo, par ailleurs, 1er Vice-Président de l’ARTAO, il s’agira entre autres de faire le bilan des activités réalisées et de poser les jalons des actions futures.

La Présidente en exercice de l’ARTAO, Synabou Seck Cissé, a ajouté que le projet de plan, le projet de budget et le protocole d’accord entre l’ARTAO et les régulateurs membres seront également examinés. « Malgré des insuffisances, l’association avance et n’a même pas encore atteint sa vitesse de croisière », s’est-elle félicitée.

Pour améliorer « sensiblement » la vie des populations, elle estime qu’il faudrait davantage mettre l’accent sur la qualité des services de communications électroniques, tout en améliorant l’attractivité du secteur des télécommunications dans les différents pays représentés.

Echanges sur les bonnes pratiques en matière de régulation

Le discours d’ouverture du Premier ministre, Christophe Dabiré, a été prononcé par la ministre du développement de l’économie numérique et des postes, Hadja Ouattara/Sanon. Elle a commencé par évoquer l’importance que les autorités burkinabè accordent aux communications électroniques.

« La foi au numérique pour enclencher le développement socioéconomique s’est traduite dans notre pays par des décisions politiques fortes. De nos jours, ce n’est qu’une lapalissade que d’affirmer que les TIC sont au cœur de la compétitivité des entreprises et des Nations. C’est également le moteur essentiel de l’atteinte des objectifs de développement durable », a-t-elle dit.

Et de préciser que les régulateurs ont un rôle important à jouer dans la réalisation des objectifs de développement des Etats membres de l’espace communautaire.

« Votre fonction, en ce qu’elle contribue substantiellement à rendre effectif le cadre juridique mis en place par les Etats, est un facteur essentiel pour l’atteinte des objectifs de développement des TIC », a déclaré la ministre des TIC au nom du Premier ministre.

Hadja Ouattara/Sanon dit espérer qu’au-delà de l’examen des dossiers inscrits à l’ordre du jour, cette session donnera l’opportunité d’un échange fructueux sur les bonnes pratiques en matière de régulation dans l’environnement actuel marqué par un développement fulgurant de la connectivité.

Noufou KINDO

Burkina 24

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici