Télécommunications en Afrique : Importante rencontre à Ouagadougou

163

Du 3 au 5 mai 2017, Ouagadougou accueille la 18e session ordinaire du Conseil d’administration de l’Union africaine des télécommunications (UAT). Trois jours durant, les Etats membres et les membres associés de l’organisation continentale spécialisée en matière des Télécoms se pencheront sur la vie et sur l’efficacité de l’action de l’UAT au profit des populations.

Plus de la moitié de la population africaine utilise Internet. C’est une information donnée par le Directeur du bureau de développement des télécommunications de l’Union internationale des télécommunications (UIT), Brahima Sanou.

Pour l’expert burkinabè, il faudrait travailler davantage afin que les TIC deviennent véritablement un pilier de développement en Afrique. « Personne d’autre n’aimera l’Afrique plus que les Africains », admet le candidat au poste de Vice-secrétaire général de l’Union internationale des télécommunications.

Brahima Sanou a encouragé ses partenaires de l’Union africaine des télécommunications (UAT) à poursuivre dans la promotion du développement rapide des info-communications en Afrique dans le but de réaliser de la manière la plus efficace la disponibilité des services, l’accès universel et l’inter-connectivité intégrale du continent.

Aperçu de quelques participants.

Créée en 1999 en Afrique du Sud pour succéder à l’Union panafricaine des télécommunications (UPAT), la vision de l’UAT est de faire du continent, un « acteur actif de la société de l’information ». Son Conseil d’administration, composé de 18 Etats membres élus pour quatre ans, siège une fois par an en session ordinaire.

Le Burkina Faso est membre dudit Conseil au titre de la Région Ouest africaine depuis 1999. Pour le présent cycle 2014-2018, le pays a été réélu au sein de cet organe. Le projet d’abriter la 18e session ordinaire du CA à Ouagadougou fait suite à l’accord de principe donné par la délégation burkinabè lors de la 17e session tenue en Egypte en 2016.

Développement et intégration africaine…

Après avoir abrité la 10e session ordinaire du CA de l’UAT, le Burkina accueille du 3 au 5 mai 2017 la 18e session qui regroupe une soixantaine de participants. Cette rencontre à Ouagadougou contribuera, selon la ministre burkinabè des TIC, Hadja Fatimata Ouattara/Sanon à accroître la visibilité du Burkina Faso dans la communauté régionale et internationale des Télécoms.

Télécommunications en Afrique : Importante rencontre à Ouagadougou
Le présidium.

« Les télécommunications/TIC constituent à l’heure actuelle un secteur de haute priorité dans les programmes de développement de nos Etats. Après avoir abrité la 10e session, le Burkina Faso est fier d’abriter cette présente session et d’apporter sa contribution à la recherche des voies et moyens pour un développement harmonieux des télécommunications et des TIC afin que ce secteur contribue efficacement au développement économique et à l’intégration africaine », a dit la ministre du développement de l’économie numérique et des postes.

Selon le Secrétaire général de l’UAT, Abdoul Karim Soumaïla, plusieurs activités ont déjà été réalisées dont l’harmonisation des différentes positions des Etats membres dans le cadre des réunions et conférences mondiales, des séminaires et ateliers thématiques. Il espère que les ateliers sur les renforcements de capacités des membres de l’UAT vont se poursuivre avec le concours de tous mais aussi de l’UIT et d’autres acteurs TIC.

La rencontre à Ouagadougou permettra d’examiner entre autres le Rapport du Secrétaire général sur les activités de l’Union de juin 2016 à avril 2017, le Rapport des comptes vérifiés de l’exercice 2015-2016, le Projet de programme de travail et de budget de l’exercice 2017-2018, les propositions de thèmes pour la célébration de la journée africaine des télécommunications.

Noufou KINDO

Burkina 24

Burkina24.com