Technologies: A 82 ans, elle développe une application

48

Une Japonaise de 82 ans démontre qu’il n’y a pas d’âge pour devenir programmeur informatique. Masako Wakamiya a en effet développé une application mobile (iOS pour l’heure) pour les aînés après avoir constaté que peu d’applications leur étaient adressées.

Masako Wakamiya, dont l’application a été consultée par 860.000 personnes et téléchargée 42.000 fois, a été l’invitée spéciale du PDG d’Apple en Californie en juin 2017. Elle a participé à la Conférence mondiale des développeurs où elle fut la plus âgée des participants, informent plusieurs médias dont « Ici Radio Canada ».

Elle dit avoir discuté avec Tim Cook sur des aspects concrets. « Il m’a demandé ce à quoi j’avais veillé pour que les personnes âgées puissent bien utiliser cette application. Je lui ai expliqué que j’avais tenu compte du fait que les vieux avaient la vue et l’ouïe qui régressent et que leurs doigts ne bougent plus aussi bien », raconte-elle.

Masako Wakamiya a beau avoir 82 ans, elle dégage une joie enfantine quand elle parle de sa passion pour l’informatique ou de sa rencontre avec le patron d’Apple. Depuis qu’elle est retraitée, cette ex-employée de banque est la créatrice du programme ludique pour iPhone : « Hinadan », inspiré du « Hina Matsuri », le festival traditionnel des poupées. Au fait, chaque 3 mars, les Japonais exposent une estrade avec des poupées représentant les membres de la Cour impériale de l’époque Heian (9e au 12e siècle) dans les maisons, écoles ou tout autre lieu où se trouvent des fillettes.

Transmettre aux jeunes la culture et les traditions des anciens…

Avec « Hinadan », le joueur est juste invité à placer les poupées (l’empereur, l’impératrice, …) au bon endroit sur l’estrade, sans limite de temps. Dans le jeu développé par la dame de 82 ans, les réponses sont sanctionnées par des sons bien distincts, assortis à l’écran des mots « faux » ou « exact », et le joueur ne fait pas glisser la poupée avec son doigt, mais en cliquant sur l’emplacement de destination.

Masako Wakamiya dispose déjà de bases solides en informatique. Elle s’est également aidée de livres et a demandé conseil à un ami qui avait déjà développé des applications, ami avec qui elle communiquait fréquemment via Skype, précise le site « Challenges.fr ». « Ecrire les lignes de code était difficile », reconnaît la Japonaise, tout en saluant une grande simplicité des récents outils de développement qu’elle trouve « très doués pour découvrir les bugs (erreurs ou défauts) ».

« Quand on vieillit, on perd beaucoup de choses : son mari, son salaire, ses cheveux, la vue, etc. Les moins sont nombreux. Mais quand on apprend quelque chose, que ce soit la programmation, le piano, ce sont des plus. Ce qu’on ne savait pas faire jusqu’à hier, on le maîtrise aujourd’hui, c’est motivant », s’enthousiasme-t-elle. Masako Wakamiya ambitionne concevoir d’autres applis qui puissent amuser les personnes âgées et transmettre aux jeunes la culture et les traditions des anciens.

Synthèse de Noufou KINDO

Burkina 24

Burkina24.com