Système éducatif du Burkina : Le gouvernement fait le diagnostic

171

Le gouvernement burkinabè a commandé un deuxième Rapport sur l’état du système éducatif national (RESEN). Ledit rapport est soumis à validation ce 7 mars 2016. Il permettra au ministère de l’éducation nationale de connaître les difficultés du système éducatif et de mieux orienter les réformes à entreprendre.

L’élaboration du RESEN a été lancée en octobre 2014. Avec l’appui technique du Pôle de Dakar, ce rapport fait une analyse sectorielle de l’éducation dans le but de réunir un « ensemble d’éléments nécessaires à un diagnostic du système éducatif » du Burkina, « en vue d’instruire les politiques éducatives ».

La restitution du rapport a lieu ce 7 mars 2016 lors d’un atelier en présence de plusieurs membres du gouvernement et des partenaires techniques et financiers. « C’est un rapport qui fait le diagnostic du système éducatif sur l’ensemble de ses composantes, du préscolaire jusqu’à l’université et dans toutes ses dimensions économique, démographique, du point de vue de la qualité, des équités, des disparités, etc.», explique Martin Coulibaly, ministre de l’éducation nationale et de l’alphabétisation.

Se basant sur les premières conclusions du rapport, le ministre Coulibaly a relevé trois défis majeurs.

Système éducatif du Burkina : Le gouvernement fait le diagnostic

L’heure à la réflexion pour réorienter le système éducatif national © Burkina24

Le premier a trait à des questions d’équité. « Les enfants des plus riches accèdent trois fois plus à nos systèmes éducatifs que les enfants des plus pauvres. Et les enfants des plus pauvres après le primaire, sont presque absents dans les autres niveaux d’enseignement », note le premier responsable du ministère. Même si l’Etat proclame la gratuité de l’école « les coûts sont encore importants pour les familles », relève le ministre, en se basant sur le rapport.

Ensuite, le second défi se loge au niveau de l’enseignement et la formation professionnelle vers lequel « il faut résolument réorienter » le système éducatif burkinabè. Cela est d’ailleurs en conformité avec le projet de société du Président Roch Marc Christian Kaboré, affirme Martin Coulibaly.

Enfin, l’enseignement au niveau supérieur présente des insuffisances qu’il faudra combler. « Nous sommes à peu près à 450 étudiants pour 100 000 habitants là où les ratios dans la sous-région sont nettement plus élevés », explique le ministre Coulibaly.

Tels sont, entre autres, les défis du système éducatif burkinabè, relevés par le RESEN. «Cela va nous aider à réorienter les politiques éducatives (et) à réexaminer également comment nous allouons nos ressources», explique le ministre de l’éducation nationale.

Pour rappel, le dernier rapport date de 2008. Commandé par le gouvernement burkinabè, ce deuxième rapport a bénéficié de l’accompagnement technique et financier de la Banque mondiale, de l’UNICEF et de l’Agence française de développement.

Abdou ZOURE

Burkina24

Burkina24.com