Symposium de sculpture de Laongo : Une quinzaine d’artistes transforment le granite en œuvres d’art

90

Symposium de sculpture de Laongo : Une quinzaine d’artistes transforment le granite en œuvres d’art

Sur place, sculpteurs, collaborateurs et organisateurs de l’atelier de sculpture sont à pied d’œuvre afin de respecter le délai de la réalisation des œuvres d’art. Bruits de marteaux et de scies par-ci, chuintement de feuilles par-là, des personnes couvertes de poussière blanchâtre font toutes sortes de mouvements devant les granites. C’est un vrai travail de combattant et de musculation qui se passe sur le terrain, témoigne un des sculpteurs burkinabè, Akilou Sieno. Selon lui, « c’est un travail très difficile de vouloir casser des granites à la main afin de réaliser une œuvre d’art, mais je suis engagé à sculpter des visages féminins qui sont l’expression d’un certain nombre de valeurs de notre culture ».

Symposium de sculpture de Laongo : Une quinzaine d’artistes transforment le granite en œuvres d’artEt selon lui, ces visages permettront de rendre hommage à la femme burkinabè. Le même projet est également réalisé par Thomas Petit, sculpteur français. Pour lui, c’est un visage féminin qui sera réalisé à l’intérieur duquel l’on aura un tas d’attributs basés sur la culture burkinabè. Une image présentant la femme tout en rendant hommage aux coutumiers, etc. Et pour ce faire, explique-t-il, toutes ces traces laissées sur les granites traverseront des générations d’enfants et de personnes.

Toutefois, il faut souligner que même si les œuvres d’art ne sont pas encore visibles sur les différents granites, certains sculpteurs ont confié que ce sont des visages de femmes, de masques et bien d’autres représentations de la nature qui seront réalisés.

Symposium de sculpture de Laongo : Une quinzaine d’artistes transforment le granite en œuvres d’art
Thomas Petit, sculpteur francais, parlant de son oeuvre

Pour le ministre de la Culture, Abdoul Karim Sango, c’est un travail très administratif qui est en train de se faire sur ce site et qui va donner de la valeur à l’art dans un espace comme celui de Laongo. « On ne peut qu’être impressionné par le génie de ces créateurs et nous sommes venus leur témoigner notre soutien et l’accompagnement du gouvernement burkinabè ». Car, précise-il, ce symposium apporte énormément à la culture burkinabè à travers la valorisation de ses granites. Tout en ajoutant que sur le plan touristique, il permet aussi aux visiteurs qui n’ont pas la possibilité d’aller plus loin, de faire l’effort de visiter le site de Loango.

Rappelons que le symposium de sculpture a été initié par Siriki Ky, commissaire général de l’atelier de sculpture dudit site. Selon lui, le site de Laongo enregistre plus de 400 œuvres d’art sur les granites. Ce qui représente une richesse pour le Burkina Faso.

Rendez-vous est donc pris pour le 30 octobre prochain, sur le site, pour l’inauguration des œuvres qui seront réalisées.

Yvette Zongo
Lefaso.net

Lefaso.net