Structure de gestion des marchés de Bobo-Dioulasso : Des commerçants contre la nomination d’un président intérimaire

107

A la suite de la suspension du président de la Structure de gestion des marchés (marché central et le marché des fruits et légumes), des membres du Comité de gestion des marchés ont animé une conférence de presse, le lundi 12 février 2018 à Bobo-Dioulasso. L’objectif était d’interpeller le maire, Bourahima Sanou, à revenir sur sa décision.
La suspension de Ibraïma Traoré de la tête de la Structure de gestion des marchés (marché central et marché des fruits et légumes) par le maire de la commune de Bobo-Dioulasso, Bourahima Sanou, n’est pas du goût de tous les commerçants, engendrant du coup une division au sein de ladite structure. Afin d’interpeller le maire à revenir sur sa décision, des membres du Comité de gestion des marchés ont animé une conférence de presse, le lundi 12 février 2018 à Bobo-Dioulasso. Au cours de cette rencontre, les frondeurs ont affirmé ne pas reconnaitre la personne de Martin Coulibaly nommé par le bourgmestre de Bobo-Dioulasso comme président intérimaire de la Structure. Selon eux, le poste n’est pas nominatif, mais électif, et le maire n’a pas à s’ingérer dans la gestion des marchés. En ce qui concerne les fautes de gestion attribuées à la personne de Ibraïma Traoré, les conférenciers ont avoué que les chèques signés étaient dans le but de respecter les clauses de contrat qui lient la Structure de gestion des marchés à la commune de Bobo-Dioulasso. « Le président Ibraïma Traoré a pris la responsabilité d’envoyer une correspondance aux différentes banques où sont logés les comptes de la SGM pour solliciter une double signature au lieu d’une triple signature pour les retraits et dépôts. C’est après cet accord tacite, que la SGM a pu retirer la somme de 9 000 000 de francs CFA qui ont été versés à la commune de Bobo-Dioulasso », ont-ils affirmé. Ils ont également reproché au directeur du Comité de gestion des marchés, Amadou Barry, de « faute de transparence » dans la gestion des marchés. Selon Moustapha Lega, membre du Comité de gestion des marchés, Amadou Barry a fait des modifications de « grilles » au sein du marché, en violation de l’article 09 dont chaque modification de hangar varie entre 10 000 et 15 000 F CFA. « Il a également signé un contrat avec une maison de téléphonie mobile, sans informer les membres du Comité de gestion des marchés », a-t-il déploré. Enfin, Moustapha Lega a souligné que le directeur a utilisé le véhicule de service en dehors des heures de service et occasionné un accident. Au vu de tous ces « manquements », les membres du Comité ont mis en place un audit, en vue d’établir la transparence dans la gestion des marchés.  
Fatoumata YLY
(Stagiaire)

sidwaya.bf