Statut valorisant : La CNSE donne deux semaines au gouvernement pour respecter ses engagements

134

La Coordination nationale des Syndicats de l’Education (CNSE) a convoqué la presse le 28 janvier pour exprimer son ras-le-bol vis-à-vis des engagements non respectés par le gouvernement en ce qui concerne la mise en oeuvre du Protocole d’accord signé entre les deux parties.

« 27 janvier 2018-28 janvier 2020, aujourd’hui, cela fait deux (2) ans que le protocole d’accord a été signé entre le gouvernement et la CNSE. Deux ans que les travailleurs attendent la mise en œuvre des engagements contenus dans le protocole. Deux ans que le statut valorisant n’est toujours pas adopté. Deux ans que certains travailleurs sont toujours dans l’attente de la correction de leurs indemnités spécifiques harmonisées, de leur bonification d’échelon, de leurs indemnités de logement. Deux ans de dilatoires et de louvoiements de la part du gouvernement. Deux ans que la CNSE n’a cessé d’interpeller le gouvernement. Deux ans que les engagements assortis de délais, les promesses fermes de la part du gouvernement sont restés sans concrétisation véritable. Deux ans de mépris qui frise la provocation, suscitant l’indignation et la colère, source potentielle de révolte chez les travailleurs de l’éducation et de la recherche ». C’est là, tout le ras-le-bol exprimé par la CNSE au cours de son point de presse. Ceux-ci visiblement remontés parlent de duperie et de mépris de la part du gouvernement. « Des frustrations avec des risques de révolte dans le secteur », prévient Souleymane Badiel, SG du F-SYNTER.

Il faut rappeler que le gouvernement avait annoncé que 36 points sur les 56 points de revendications du statut valorisant ont déjà été mis en œuvre. Seulement la CNSE par la voix de son coordonnateur Charles Dipama trouve que ce n’est pas assez. « Pour nous ce n’est pas assez et les délais de la mise en œuvre sont dépassés » a-t-il dit avant de marteler : « On a donné le temps au gouvernement pour la mise en oeuvre du protocole mais nous trouvons que ça traîne et les camarades sont démotivés sur le terrain ».

Souleymane Badiel SG de la F-SYNTER affirme d’ailleurs que sur l’ensemble des 36 points énoncés par le gouvernement, « il n’y a que des débuts de mise en œuvre, le gouvernement ne va pas jusqu’au bout ». Celui-ci tire la conclusion selon laquelle l’information donnée par le gouvernement faisant état de la satisfaction de 36 points sur les 56 points du protocole d’accord n’est pas tout à fait exacte.

La CNSE met en garde le gouvernement

« Ce que le gouvernement doit savoir c’est que tant que les points énumérés dans le protocole d’accord ne sont pas appliqués, la CNSE sera toujours là en face quelqu’en soit le temps que cela prendra », prévient Souleyman Badiel.

Pour l’heure, la CNSE exige l’application dans un délai de deux semaines au maximum, des engagements pris par le gouvernement au quel cas, elle invite ses militants à la base « à se tenir prêts pour un quelconque mot d’ordre pour répondre à la situation ».

Hamadou Ouédraogo
minute.bf

Source : Minute.bf

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici