Sports : Taïrou Bangré fait le point de la participation du Burkina aux Jeux de la Francophonie

106

Sports : Taïrou Bangré fait le point de la participation du Burkina aux Jeux de la Francophonie

L’hymne national du Burkina a retenti au moins trois fois au bord de la Lagune Ebrié. Cela grâce aux prouesses de ses athlètes qui prenaient part aux Jeux de la Francophonie. Un sentiment de fierté nationale pour les membres de la délégation.
Au total 208 personnes, selon le Ministre Bangré, ont composé la délégation burkinabè. Des athlètes, des artistes, des encadreurs, des cadres du Ministère des Sports et des loisirs, des représentants des différentes fédérations, des journalistes.

Bref, c’est une délégation cosmopolite qui a représenté le Burkina Faso à cette foire de l’athlétisme. Les finances, cependant, n’ont pas suivi. Sur un budget estimatif d’environ 400 millions de francs CFA, seulement 298 417 660 F CFA ont été mobilisés. « Nous n’avons certainement pas eu tout le budget mais on s’est défendu avec ce qu’on a eu », a indiqué Victor Kouraogo, directeur des affaires financières du Ministère.

Mais le jeu en valait la peine. Car ces efforts ont rapporté neuf médailles dont trois en or, quatre en argent et deux en bronze. « Les athlètes ont apporté des médailles. Ce n’est pas le cas des artistes. Mais je leur ai dit que ça arrive. Je l’ai aussi dit aux footballeurs », s’est réconforté Taïrou Bangré.

Cas des visas des athlètes

Sports : Taïrou Bangré fait le point de la participation du Burkina aux Jeux de la FrancophonieL’actualité qui fait actuellement du bruit au Ministère des sports et des loisirs est bien celui des visas des athlètes qui devaient prendre part aux Mondiaux de l’athlétisme à Londres. Marthe Koala est arrivée en retard et Fabrice Hugues Zango n’y est même pas allé. Selon les responsables de la Fédération burkinabè d’athlétisme, toutes les démarches ont pourtant menées jusqu’à la dernière minute. « Lorsque je me suis rendu compte tout était compliqué voire impossible, j’ai décidé qu’on laissait tomber », a expliqué l’un des responsables de la Fédération. Avant d’ajouter : « Nous avons été victimes des contraintes administratives au niveau de l’ambassade de l’Angleterre. Figurez-vous que même le Mali et le Sénégal n’ont pas pu envoyer leurs athlètes. Marthe a pu aller parce que c’est son centre de formation qui a mené les démarches auprès de l’ambassade de Londres en Afrique du Sud ».

Pour le patron du département des Sports et des loisirs des dispositions seront prises à l’avenir pour éviter que de telles situations ne se répètent. « Nous allons veiller à l’avenir pour que les démarches puissent commencer assez tôt », a conclu Taïrou Bangré.

Jacques Théodore Balima
Lefaso.net

Lefaso.net