Soumane Touré appelle à poursuivre plutôt les « organisateurs » de l’insurrection populaire

32

Le parti de l’indépendance, du travail et de la justice (PITJ) a donné sa lecture sur le procès de Blaise Compaoré et de son gouvernement et la Haute Cour de justice, ce vendredi 14 juillet 2017 à Ouagadougou.

Le secrétaire général du parti de l’indépendance, du travail et de la justice (PITJ), Soumane Touré, était face à la presse ce vendredi 14 juillet 2017. Il est revenu sur le procès de Blaise Compaoré et de son gouvernement et la Haute Cour de justice qu’il a qualifié de « faux procès et inique ».

Il a rappelé que la Haute Cour de Justice est inscrite dans la Constitution et cela n’appartenait pas à Blaise Compaoré de l’instaurer. Blaise Compaoré n’avait rien à voir dans la composition, l’installation et le fonctionnement de la Haute Cour de Justice, a-t-il mentionné.

Pour lui, si la Haute Cour de Justice n’a pas été fonctionnelle, cela n’incombe pas à Blaise Compaoré, président du Faso, mais plutôt aux deux derniers présidents de l’assemblée nationale de son régime, en l’occurrence Roch Marc Christian Kaboré, président de l’AN pendant onze ans auquel a succédé Soungalo Ouattara qui, lui, n’a fait que deux ans de présidence. Il a fait savoir que la Haute Cour de Justice est installée au début de chaque législature.

« La Haute Cour de Justice est donc incompétente pour juger Blaise Compaoré »

« La transition et les usurpateurs du MPP, malgré leur haine ont du mal à qualifier les chefs d’accusation contre Blaise et son dernier gouvernement devant la Haute Cour de Justice. Tout d’abord ils ont voulu les présenter devant les tribunaux pour attentat à la constitution et détournement de deniers publics. Les tribunaux se sont déclarés  incompétents.

La Haute Cour de Justice est donc incompétente pour juger Blaise Compaoré et son dernier gouvernement pour les conséquences de l’insurrection qui a fait des victimes. C’est certainement pourquoi le Conseil Constitutionnel a renvoyé les victimes de l’insurrection et leurs ayants droit à se pourvoir autrement que devant la Haute Cour de Justice s’ils tiennent à avoir réparation. Alors, n’est-ce pas un faux procès, inique, que les usurpateurs du MPP ont monté contre Blaise Compaoré et son dernier gouvernement ? » s’interroge-t-il.

Il a également ajouté que le conseil constitutionnel a rendu ses décisions et les « usurpateurs du MPP ont saisi l’Assemblée godillot de Salif Diallo pour relooker la loi portant organisation et fonctionnement de la Haute Cour de Justice ».

Concernant l’insurrection populaire, il a affirmé que « les vrais cerveaux, les principaux organisateurs, ceux qui ont financé et armé les manifestants sont les usurpateurs du MPP, Salif Diallo en tête ». Il en appelle au procureur général du Faso de poursuivre Salif Diallo et autres comme « organisateurs de l’insurrection des 30 et 31 octobre 2014 » qui a fait des victimes. « Nous avons déclaré publiquement que Roch Marc Christian a évadé Zida pour lui permettre d’échapper à la justice parce que la procédure aurait démarré », a-t-il martelé.

Jules César KABORE

Burkina 24

Burkina24.com