Sortie discographique

49

La chanteuse Adja divine a organisé, le dimanche 11 février 2018 à Ouagadougou, une conférence de presse pour présenter son nouveau maxi nommé « Bark poussougo ». 
Après son agression le 23 mai 2017, l’artiste-musicienne, Adja Divine, revient sur la scène musicale avec un maxi de deux titres nommé « Bark poussougo ». L’œuvre a été présentée le dimanche 11 février 2018 à Ouagadougou,  lors d’une conférence de presse. Aux dires de Adja Divine, « Bark poussougo », titre éponyme du maxi, signifie en français « remerciements et gratitude ». A travers ce titre, elle remercie les Burkinabè pour le soutien dont elle a bénéficié lors de son agression. « Quoi de plus normal que de dire merci et traduire toute ma gratitude aux autorités et à toute la population burkinabè », a-t-elle signifié. A l’entendre, cette « barbarie » a été condamnée par la population et avec cette chanson, elle veut bannir la violence faite aux femmes. En outre, elle a indiqué vouloir attirer l’attention des politiques sur le caractère grandissant de l’incivisme au Burkina Faso. « Je compte sur la bénédiction de Dieu et des chefs coutumiers, détenteurs de la culture burkinabè, pour que cette lutte aboutisse », a-t-elle souhaité. Le deuxième titre « Ya Wend kuuni » (c’est le don de Dieu) est une chanson dansante et chantée en mooré. Consciente des difficultés qu’elle a subies, Adja Divine se dit prête pour poursuivre sa carrière musicale, d’où l’intérêt de ce titre. Quelles sont les raisons qui ont motivé l’artiste à sortir ce maxi ? A cette question, Adja Divine a répondu qu’il est de son devoir de remercier la population de l’avoir assistée pendant ses moments difficiles. Pour ce qui est de la suite, elle a promis la sortie d’un album dans les prochains mois. Selon le directeur général du Bureau burkinabè du droit d’auteur (BBDA), Wahabou Bara, parrain de la cérémonie, le retour de Adja divine  à travers cette œuvre est une victoire sur la violence. Il a aussi prodigué des vœux de succès à l’artiste. Très ému, l’artiste-musicien et président de l’Amicale des artistes burkinabè (2AB) Bamos Théo a, quant à lui, salué le courage de la chanteuse. 
Armelle COMPAORE
(Collaboratrice)

sidwaya.bf