Situation sécuritaire du Burkina : Les policiers radiés interpellent le ministre de la Sécurité

38

Situation sécuritaire du Burkina : Les policiers  radiés interpellent le ministre de la Sécurité

Un ministre de la Sécurité « qui profite de l’occasion pour se faire voir(…), qui tient des propos populistes et politiques », c’est ce que déplorent les 136 polices radiés, dans un Burkina où pèse la menace terroriste. En l’absence d’actes concrets contre le phénomène, ou à défaut de laisser des professionnels en la matière de s’exprimer, les policiers radiés demandent au ministre Simon Compaoré de rétablir la cohésion et la confiance au sein des forces armées. Et cela, d’autant plus que « 900 agents des forces de défense et de sécurité sont dans la rue pendant que le pays souffre à ses frontières » a laissé entendre le porte-parole des policiers radiés, Mahamadi Tidiga.

Par ailleurs, s’inscrivant dans la même dynamique que l’UNAPOL, les 136 policiers radiés ont interpellé le ministre de la Sécurité à prendre en compte les préoccupations des agents (service payé, les malversations, compte N°049) au risque d’être dans une situation où « les mêmes causes produisent les mêmes effets » a souligné le porte-parole des policiers radiés.

Des propos qui révoltent

Situation sécuritaire du Burkina : Les policiers  radiés interpellent le ministre de la SécuritéRéagissant sur des propos du ministre Simon Compaoré à Burkina Info (l’émission « Le grand déballage » du dimanche 02 avril à 20h30) concernant la question sécuritaire au Nord du pays, les policiers radiés ont exprimé leur mécontentement. Dans le combat contre le terrorisme, « le journaliste a eu à demander au ministre s’il n’y a pas nécessité de faire appel aux policiers radiés… » a noté Mahamadi Tidiga. Ce dernier de poursuivre : « Le ministre, en ses termes, a dit non : il ne faut pas confondre les choses ; dans la police et également dans l’armée, ces corps sont régis par une discipline et lorsque la discipline fout son camp, ça devient de la merde ».

Situation sécuritaire du Burkina : Les policiers  radiés interpellent le ministre de la SécuritéQualifiant ces propos d’ « injures », le chargé à la mobilisation, Oumar Junior Bahoro soutient : « Il nous a traité d’indisciplinés et ce sont des propos que nous ne cautionnons pas. Ces genres de propos ne doivent pas être tenus par un ministre ». Puis d’ajouter que : « Le problème va se résoudre, avec ou sans lui. Un ministre se doit d’être respectueux. Ce sont des injures que nos parents n’ont pas supporté et nous tenons à lui dire de vive voix parce que la prochaine fois, s’il tient ces genres de propos parce ce sont ses habitudes, nous nous rendrons dans son bureau pour lui répondre » a-t-il martelé, soulignant que : « Nous ne sommes pas des indisciplinés ».

Situation sécuritaire du Burkina : Les policiers  radiés interpellent le ministre de la SécuritéEt le chargé de communication, Arnaud Francis Kinané de renchérir que : « Les indisciplinés, ce sont ceux-là qu’il a nommé conseillers, ce sont les personnes qui détournent les perdiems de leurs subalternes, ce sont les personnes qui refusent de combattre l’injustice ». Puis Arnaud Kinané de renchérir : « Nous lançons un appel au président du Faso d’interpeller son ministre de la Sécurité de remuer sa langue sept fois quand il sera face aux médias » a-t-il martelé.

Revendiquant de nouveau leur réintégration au sein de la Police nationale, « réintégration ou rien » clament-ils, les policiers radiés ont tenu à souligner ceci : « Nous n’irons pas à nous révolter ou à faire quoi que ce soit, qui pourrait causer un préjudice à ce pays ».

Nicole Ouédraogo
Lefaso.net

Lefaso.net