Situation humanitaire dans le Centre-Nord : Le Cadre de concertation régional à la recherche de mesures urgentes

54
Situation humanitaire dans le Centre-Nord : Le Cadre de concertation régional à la recherche de mesures urgentes

La situation sécuritaire au Burkina Faso ne cesse de se détériorer depuis janvier 2019. Dans la région du Centre-Nord, l’arrivée incessante de milliers de déplacés fuyant l’insécurité devient de plus en plus préoccupante. C’est pour chercher des mesures palliatives que les membres du Cadre de concertation régional (CCR) se sont réunis en session extraordinaire ce vendredi 20 septembre 2019 à Kaya.

Les membres du Cadre de concertation régional (CCR) du Centre-Nord se sont réunis en session extraordinaire ce vendredi 20 septembre 2019 dans la salle de conférence du Conseil régional.

A l’ordre du jour de cette rencontre, il s’est agi de présenter aux membres du CCR et aux partenaires de la région, le rapport sur la situation d’urgence et les réponses aux questions sécuritaires et migratoires afin de proposer des solutions.

Présidée par le vice-président du CCR, Adama Sawadogo, par ailleurs président du Conseil régional du Centre-Nord, cette rencontre a servi de cadre aux partenaires de la région, notamment le Système des Nations unies, qui a appuyé la tenue de la session, de présenter son bureau régional du Centre-Nord installé à Kaya et les activités déjà en cours.


« Cette rencontre constitue un point d’entrée pour les activités du PNUD et des autres agences des Nations unies déjà présentes dans la région », a déclaré Martin M’Banda, conseiller en prévention de conflits et résilience au PNUD. Et d’ajouter que « la démarche des Nations unies est de travailler en synergie avec toutes ses agences pour offrir un paquet de services et accompagner le gouvernement à trouver des solutions pour ces populations affectées ».

Pour Adama Sawadogo, l’objectif général de la session est de renforcer la concertation entre les différents acteurs de développement de la région pour trouver des réponses urgentes au flux migratoire des populations. « Nous estimons à nos jours à 2 000, le nombre de personnes déplacées qui sont soit logées dans les sites, dans des familles hôtes ou dans des écoles », a déploré Adama Sawadogo. Et de conclure que « cette rencontre des membres du CCR et les partenaires va se pencher sur la contribution de tous pour la libération des écoles, le relogement des déplacés et l’alimentation de ceux qui n’ont pas pu cultiver cette année ».[ Cliquez ici pour lire l’intégralité ]

Tibgouda Samuel SAWADOGO

Collaborateur Kaya

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici