Sit-in des agents du Village artisanal : « Il n’y a pas d’avancement chez nous »

48

Le personnel administratif du Village artisanal de Ouagadougou (VAO) a observé un sit-in ce mercredi 12 juin 2019 au sein de la structure. Ce mouvement d’humeur durera 72 heures et vise à interpeller les autorités à se pencher sur les problèmes du VAO, notamment son statut juridique, celui des agents et sur la relance des activités du VAO.

 « Il faut dire que depuis la création du VAO, le problème du statut s’est toujours posé », a affirmé Abraham Diao, le délégué du personnel du village artisanal de Ouagadougou.

Qui dit statut juridique, dit également statut du personnel. « Les agents pour la plupart, il y en a qui ont 10 ans, 15 ans, 19 ans de service mais ils sont au même niveau lorsqu’ils sont rentrés y a 19 ans. Il n’y a pas d’avancement chez nous, il n’y a rien. Nous luttons également pour qu’on puisse avoir ce statut juridique », a-t-il ajouté.

Le VAO bénéficiait d’une subvention de l’Etat qui avoisinait « 34 millions de F CFA ». Malheureusement, explique-t-il, au fil du temps la subvention de l’Etat s’est érodée.

« Nous nous sommes retrouvés de 34 millions à 5 millions actuellement. Il faut dire même que les deux, trois dernières années, nous n’avions pas bénéficié de la subvention de l’Etat alors que c’est très important pour nous parce que c’est avec cette subvention que nous arrivons à mener nos activités de promotion », a poursuivi le délégué du VAO.

Pendant ces trois dernières années, témoigne Abraham Diao, aucune activité n’a été menée. Et d’environ une vingtaine il y a quelques années, le problème d’insécurité faisant, à ce jour il ne reste plus qu’un seul acheteur.

Moins d’activités

« Nous n’avons plus d’activités, notre chiffre d’affaire s’en ressent énormément. Nous étions à environ 500 millions de F CFA  avant 2011. Nous sommes à 200 millions présentement », regrette le porte-parole du personnel du VAO. Selon lui, cet argent est redistribué aux artisans à 90% ou 95% et les 10% et 15% de majorations faites sur les produits ajoutés à la subvention de l’Etat permettaient aux agents de survivre.

Plusieurs études ont été entamées pour sortir de cette crise. « Il y a eu à un moment la forme établissement public professionnel (EPP) qui avait été proposée, mais je pense que cette forme d’entreprise a disparu. Dernièrement,  on nous a proposé un établissement public de l’Etat à caractère commercial (EPEC) », a-t-il précisé.

Cette structure relève du ministère du commerce, de l’industrie et de l’artisanat. Les agents du VAO comptent maintenir l’allure du mouvement et si rien n’est fait d’ici vendredi 13 juin 2019, ils adopteront d’autres méthodes légales pour se faire comprendre.

Le village artisanal de Ouagadougou (VAO) est une structure de promotion, de commercialisation et de formation des artisans. Ce village existe au Burkina Faso depuis 2000. Il compte environ 500 artisans qui produisent et commercialisent leurs œuvres au sein du village.

Aïna TOURE (stagiaire)

Burkina 24

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici