Secrétariat Permanent pour la Promotion de la Microfinance : le groupe de travail sur la finance digitale tient sa réunion introductive

57
Secrétariat Permanent pour la Promotion de la Microfinance : le groupe de travail sur la finance digitale tient sa réunion introductive

Le jeudi 3 octobre 2019, à Ouagadougou, le secrétariat permanent pour la promotion de la Microfinance (SP-PMF) a initié avec l’appui technique et financier de United Nations Capital Development Fund (UNCDF), un atelier relatif à la problématique de la finance digitale. L’objectif de cet atelier qui était de lancer la session introductive du groupe de travail sur la finance digitale (GTFD) au Burkina Faso en prélude à la quatrième édition de la Semaine Africaine de la Microfinance (SAM) qui se tiendra du 21 au 25 octobre 2019 à Ouagadougou.

Pour le Secrétaire Permanent, Wango Fidèle Yaméogo, c’est dans la perspective de rechercher des solutions entre professionnels du secteur de l’inclusion financière que se tient la rencontre qui se veut un cadre de réflexion pour la mise en place du groupe de travail qui aura pour mission de traiter toutes les problématiques se rapportant à la finance digitale et de faire le plaidoyer auprès des décideurs. Les travaux du futur GTFD vont contribuer à la mise en œuvre de la Stratégie Nationale de la Finance Inclusive (SNFI) dont l’objectif est d’atteindre un taux d’inclusion financière de 75% à l’horizon 2023.


Comme l’a expliqué le responsable pays de UNCDF, Fumilayo Hermann Messan, la finance digitale est l’utilisation des moyens électroniques, comme le portemonnaie électronique (mobiles money), la banque à distance. UNCDF est l’agence des nations Unies qui a en charge les questions de l’inclusion financière et est présente dans 47 pays les moins avancés du monde y compris le Burkina depuis une trentaine d’années.

Le groupe de travail, selon lui, est un cadre de concertation voulu par le secrétariat permanent pour la promotion de la microfinance en collaboration avec ses partenaires dont UNCDF et le Grand-Duché du Luxembourg. Hermann Messan ajoute que la réunion du groupe de travail qui fait appel à l’expertise sous-régionale de UNCDF dans ce domaine, entre dans le cadre du mandat d’accompagnement de son agence auprès du gouvernement burkinabé, dans le cadre du Programme d’Appui à la Résilience par les Innovations (PARI) avec le concours financier du Grand-Duché de Luxembourg.


Le but de ce programme est d’accompagner la transformation digitale de l’économie burkinabè en s’appuyant sur les outils de technologie et de finance digitale pour améliorer la résilience et l’accès au financement pour tous. Le projet PARI a débuté depuis Décembre 2018 avec plusieurs partenariats avec les acteurs de l’écosystème numérique y compris une quinzaine d’incubateurs. Le programme travaille avec presque toutes les banques de la place, les institutions de microfinance et appuie plus d’une dizaine de start-up, environ 15000 agriculteurs et 60 000 femmes en milieu rural, des régions du Centre-est, de l’Est et du Centre.


Pour le chargé d’affaires de l’Ambassade du Grand-duché du Luxembourg, Joseph Senninger, le Luxembourg n’est pas un pays très grand, ni très connu mais a un savoir-faire dans les finances au sens large qu’il peut partager avec les pays surtout les moins avancés. Il accorde un certain pourcentage de son revenu national brut à l’aide publique au développement et est engagé dans six pays à travers le monde avec pour intérêt d’éradiquer la pauvreté dans un esprit de partenariat pour l’atteinte des ODD. L’un des canaux pour le faire, selon lui, est de faciliter l’accès au financement y compris la finance digitale. A cet effet, M. Joseph Senninger, le Chargé d’Affaires du Grand-Duché du Luxembourg a apprécié l’initiative du Groupe de Travail sur la Finance Digitale et réitéré son engagement pour accompagner le développement du Burkina Faso.

Le Secrétaire Permanent pour la Promotion de la microfinance, Fidèle Yaméogo, tout en restant optimiste a souhaité que les participants puisse poursuivre la réflexion pour la mise en place d’un GTFD à l’instar du Benin et du Sénégal.


Etienne Lankoandé

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici