Santé sexuelle et reproductive : Des animateurs radio formés en production de magazine

17

L’Association des journalistes et communicateurs en population et développement (AJC/PD) et l’Association des professionnelles africaines de la communication (APAC), ont organisé une formation  du 6 au 10 février 2018, à Ouagadougou, au profit des animateurs et chroniqueurs radio.  Soutenues par l’ONG américaine Planned Parenthood Global (PPGlobal), la formation a porté sur les productions de magazine en lien avec la santé sexuelle et  reproductive.
Une trentaine d’animateurs et chroniqueurs radio venus des différentes provinces du Burkina Faso se sont familiarisés avec les techniques de production d’émissions sur la santé sexuelle et de la reproduction.  
Pendant cinq jours, les participants ont eu droit à des modules portant sur l’état des lieux de la  planification familiale et des grossesses non désirées au Burkina Faso, dispensés par la directrice de la santé de la famille, Ramatou Wendssouri Sawadogo et le chercheur-démographe, Georges Guiella de l’Institut supérieur en science de la population (ISSP). Quant à Ouézin Louis Oulon, formateur principal, il a renforcé la capacité des participants en production de magazine Radio. En effet, il a développé des modules sur les techniques de collecte des données,  l’interview et  les sources de l’information, etc.
Après les travaux en salle, les participants, répartis en 4 groupes,  ont effectué des sorties- terrain. Ainsi, ils ont visité des formations sanitaires telles que le CMA de Kossodo, le CSPS de Dassasgo, le CMU 21, les services de santé de l’Université de Ouagadougou et le centre d’écoute pour jeune de l’ABBEF.  Cette sortie a permis aux participants de mettre en pratique leurs connaissances en produisant des magazines de 16 à 26 mn sur la santé sexuelle et reproductive.
Selon les organisateurs représentés par Boureima Sanga de l’AJC/PD et  Joséphine Bakyono de l’APAC, cette formation se justifie, entre autres, par la faible capacité des animateurs à traiter les questions de la santé de la reproduction  et aussi la volonté de ces derniers à apprendre des techniques de production de magazine et la conduite de débats radiophoniques. 
Pour la chargée de plaidoyer de l’ONG américaine PPGlobal, Fatimata Sinaré, les animateurs ont eu droit à une journée entière de pratique sur le terrain, basée sur la santé de la reproduction à travers des visites des centres de santé. « Cela s’est fait en collaboration avec d’autres partenaires chargés du volet prestations de service financé par PPGlobal. « Nous avons souhaité également qu’à la fin des travaux, les participants proposent des plans d’actions  à mettre en œuvre et cela a été fait. Nous pouvons donc tirer des motifs de satisfaction.» a-t-elle souligné.
Yssouf SANA
—————————————————————————-
Impressions des participants

Solange Bicaba, journaliste à Radio Bobo 
« Durant cette formation, nous avons bénéficié de modules sur la planification familiale et les techniques de production de magazine. Au niveau de l’interview, on a appris que quel que soit le genre journalistique, le journaliste doit toujours se préparer à l’avance avant d’aller sur le terrain. Et qu’il faut toujours éviter l’improvisation parce que cela est désagréable et ternit l’image du reporter. Le formateur Ouézin Louis Oulon nous a également parlé des sources de l’information qui constituent la matière première d’une production journalistique. De retour dans nos services respectifs, nous tâcherons de mettre en pratique ce qui nous a été enseigné ici afin de produire des magazines de sensibilisation de qualité. »

—————————————————————————

Aboubacar Cissé, Chroniqueur 
«  Nous avons eu cinq jours de travaux intenses. La partie théorique a consisté en un rappel sur les genres qui sont indispensables à la production d’un magazine radio. Parmi ces genres, il y a l’interview. En plus de cela nous avons eu droit à d’autres communications avec d’éminents communicateurs sur la santé de la reproduction et sur les avortements au Burkina Faso. L’un dans l’autre, ces parties théoriques nous ont mis au parfum et nous ont permis d’avoir d’assez bonnes connaissances sur la santé sexuelle et reproductive des jeunes. La deuxième partie de la formation, la plus intéressante à mon avis, nous avons été immédiatement sur le terrain. Ce que nous avons appris en salle, nous avons été sur le terrain pour le pratiquer en recueillant des données pour la production d’un magazine radio. Ces magazines ont été écoutés et critiqués. Je suis très ravi d’avoir participé à cette formation très enrichissante.»

sidwaya.bf