Santé au Burkina : Un programme TIC contre le cancer du col de l’utérus

10

Après l’Egypte, le Sénégal, la Tunisie et la Zambie, le Burkina Faso a accueilli le projet dénommé  »Be Healthy, Be Mobile » (La mobilité, c’est  la  santé). Il s’agit d’un programme visant à utiliser les TIC pour lutter contre les maladies non  transmissibles. La cérémonie officielle de lancement a eu lieu le 2 mai 2017 à Ouagadougou.

Le programme  »Be Healthy, Be Mobile » (BHBM) est une initiative conjointe de l’OMS et de l’Union internationale des télécommunications (UIT) lancée depuis 2012. Le programme BHBM est piloté par le ministère du Développement de l’économie numérique et des postes. Mais, le ministère de la Santé semble résolument engagé à soutenir la mise en œuvre de  la plateforme qui  bénéficie  également de l’appui de plusieurs autres partenaires dont l’OMS.

Ce programme, selon un communiqué de l’OMS, vise à utiliser les technologies de l’information et de la communication (TIC) pour lutter contre les maladies non  transmissibles (diabète, tabagisme, cancers, maladies cardiovasculaires et affections respiratoires chroniques).

La maladie ciblée au Burkina Faso est le cancer du col de l’utérus. Un problème de santé publique qui a été diagnostiqué chez 528.000 femmes en 2012 dans  le  monde, a rappelé la Représentante  de l’OMS au Burkina Faso, Dr Alimata Jeanne Diarra Nama. Parmi ces cas, 266.000 femmes sont  décédées, soit près de la moitié. Pire, dans les pays en voie de développement, le nombre de décès avoisine les 90% des cas.

Un  des  facteurs  en  cause, explique-t-elle, est  le diagnostic tardif. D’où le besoin plus qu’urgent de trouver  des  réponses  idoines  et  innovantes  au besoin.  « Il  s’agit  pour  nous  de  donner  un  visage humain  aux  TIC », a précisé Brahima Sanou, Directeur du Bureau de développement des télécommunications de l’UIT.

Il a  lancé  un  appel  à  toutes  les  compagnies de téléphonie mobile à se joindre à « cette cause noble » qui est même prise en compte dans le référentiel du développement national, le PNDES.

Il s’agira  d’envoyer, dans  un premier temps, des messages de sensibilisation (à travers des SMS/texto) sur les différents téléphones portables. L’idée consiste à tenir les  femmes informées  des  consultations  ou  toute autre  information  en  lien  avec  ce  type  de  cancer.

Le programme BHBM prévoit, en outre, un dispositif  de  formation  à  l’endroit  des  agents  de santé, de dépistage et de traitement, et contient un volet  de  collecte  de  données  et  donc  de  surveillance communautaire.

« La  mise  en  œuvre  de  programmes  de  santé  mobiles dans le cadre de l’initiative  »Be Healthy, Be Mobile » devra être soutenue grâce à la collaboration multisectorielle efficace qui implique les gouvernements,  le  secteur  privé, les  organisations de la société civile pour sa réussite », a, pour sa part,  insisté  l’épouse du Chef de l’Etat, Sika  Kaboré.

Noufou KINDO

Burkina 24

Burkina24.com