Salon international du coton et du textile 2020 : « La victoire qui est endogène aujourd’hui, le sera avec des produits made in Burkina », dixit le ministre Harouna Kaboré

140
Salon international du coton et du textile 2020 : « La victoire qui est endogène aujourd’hui, le sera avec des produits made in Burkina », dixit le ministre Harouna Kaboré

Le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Harouna Kaboré, a animé une conférence de presse, le lundi 13 janvier 2020 à Koudougou dans laquelle il a annoncé les activités majeures de la deuxième édition du Salon international du coton et du textile (SICOT). Une édition parrainée par le président du groupe de la Banque africaine de développement, Akinwumi Adesina.

La deuxième édition du SICOT se tiendra les 30 et 31 janvier 2020 à Koudougou sous le thème : « Production et transformation du coton : moteurs d’industrialisation et de croissance économique pour les États africains », a rappelé le ministre du Commerce, de l’Industrie et de l’Artisanat, Harouna Kaboré, dès l’entame de son propos.

Selon lui, cette édition, pour laquelle il est attendu plus de 1 500 participants, se veut être une plateforme d’échange et de réflexion autour des préoccupations et des opportunités de développement de la filière coton et du textile et aussi une tribune de promotion et de valorisation du coton local et africain. Les questions de financement et de commercialisation y seront également débattues, ajoute le ministre Kaboré.

Comme programme, il annonce une conférence inaugurale autour de diverses thématiques, trois tables rondes, des expositions marchandes et professionnelles, des rencontres B to B ou B to G, cinq panels sur diverses thématiques et des visites d’entreprises et de sites touristiques. Autres événements majeurs à cette deuxième édition du SICOT, sont l’inauguration de la première usine d’égrenage de coton biologique d’Afrique de l’ouest et les nuits du SICOT, qui serviront de plateau de promotion de la mode vestimentaire africaine avec les stylistes-modélistes locaux et internationaux.


Le budget total de cette activité s’élève à 455 millions de F CFA et le ministre de préciser que son département n’a apporté que 20 millions de F CFA dans le total du montant, le reste étant mobilisé auprès des sponsors, preuve que l’activité suscite un engouement particulier.

« Le pays invité d’honneur est la république de Turquie, avec qui nous entretenons d’excellentes relations diplomatiques et économiques, surtout en matière de textile », informe le ministre Kaboré. Il en veut pour preuve, le processus d’implémentation très avancé du projet A Star textile Burkina Faso, avec le géant turc AYKA Textile & investment. Ce projet, selon le ministre, s’installera sur trois sites, à savoir Ouagadougou, Bobo-Dioulasso et Koudougou et génèrera plus de 12 000 emplois directs et 50 000 indirects.

Dans le cadre du renforcement de la coopération bilatérale en matière d’investissements, le Burkina et la Turquie ont en outre signé plusieurs accords afin de booster leurs relations d’investissement et commerciales.

Dans le cadre de la promotion de la transformation du coton biologique, plusieurs usines et unités de transformation, d’initiative étatique ou privée, s’installeront au Burkina, parmi lesquelles, MAROBENI qui est une filature, Faso Fani GMB, le parc industriel textile, FILSA, etc.

A cela s’ajoute, dit-il, l’initiative de renforcement des capacités productives des tisseuses par la dotation de 5000 métiers à tisser pour laquelle 650 métiers ont été produits et distribués à 63 associations reparties sur le territoire national et le reste à construire avec l’appui des partenaire. Pour l’ensemble des projets d’implantation des unités de transformation du coton, le ministre rassure de la qualité du tissu qui en ressortira. « Lorsque nos ateliers de confection vont se mettre en place, la première chose qui va y sortir sera du tissu de qualité d’un niveau donné, dont nous allons habiller nos Forces de défense et de sécurité », affirme le ministre qui est convaincu que « la victoire qui est endogène aujourd’hui, le sera avec des produits made in Burkina ».


La valeur des exportations sur le coton s’élève à 176 milliards de F CFA en 2018 soit 9,7% de la valeur des exportations. Le coton nourrit des millions de Burkinabè, c’est pourquoi le gouvernement y a investi 28,5 milliards de F CFA en 2019 et 11 milliards de F CFA pour apurer l’ensemble des impayés de la campagne 2017-2018, affirme-t-il.

Il se tiendra, en marge de l’édition, la 7ème Réunion ministérielle de coordination des quatre pays co-auteurs de l’initiative sectorielle en faveur du coton (C-4), Bénin, Burkina Faso, Mali et Tchad, du 27 au 29 janvier 2020 à Koudougou. L’objectif global de ce salon est de mettre en valeur le secteur du coton et du textile, et de faire du Burkina, le carrefour par lequel se dégagent les solutions majeures pour le développement de la chaîne de valeur du coton et du textile en Afrique.

Etienne Lankoandé

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici