Reprise des violences post-électorales au Bénin

107
Benin Violence.png

Les affrontements entre les forces de l’ordre et les partisans de l’ancien président Boni Yayi durent depuis quatre jours.

Elles ont éclaté dans la ville d’origine de l’ex-président à Tchaourou ainsi que dans la ville voisine de Savè.

Ces évènements s’inscrivent dans la droite ligne des contestations politiques qui ont éclaté dans la foulée de législatives tenues sans l’opposition et remportées par deux partis proches du pouvoir du président Patrice Talon.

Boni Yayi avait dénoncé un « coup d’Etat électoral » et appelé au soulèvement. Les 1er et 2 mai, des centaines de ses partisans étaient descendus dans les rues, de crainte de le voir arrêté. L’armée et la police les ont délogés en ouvrant le feu sur la foule.

Des ONG de défense des droits humains ont dénoncé le tournant autoritaire du président Patrice Talon, élu en avril 2016, dans un pays qui a longtemps été considéré comme un modèle de démocratie en Afrique de l’Ouest.

Les premières manifestations dans le pays ont fait au moins « 4 morts par balle » selon Amnesty International, sept selon l’opposition.

Cette fois ci, les partisans de l’ancien président Béninois ont bloqué la grande route nationale, artère du pays qui relie la capitale Cotonou au sud à Parakou plus au nord : le tronçon passe par Savè puis Tchaouarou.

L’armée a répondu par un déploiement massif. « Les forces armées sont présentes partout dans la commune et sur la route principale entre Tchaourou et Parakou pour essayer de dégager les barricades », a raconté un élu de Tchaourou sous couvert d’anonymat à l’AFP.

Il a affirmé également que « l’armée tire à balles réelles » et que « les violences sont extrêmes ».

Source : Camerounweb.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici