Région du Sahel : Les jeunes sensibilisés sur les stratégies intégrées du G5 Sahel

119
Région du Sahel : Les jeunes sensibilisés sur les stratégies intégrées du G5 Sahel

Il se tient du 14 au 16 novembre 2019 à Dori, un atelier de sensibilisation des organisations de jeunes sur la stratégie intégrée des jeunes du G5 Sahel ; cela, dans le cadre du résultat 3 du projet « Jeunes et paix » dans la région du Sahel. Organisée par le ministère en charge de la Jeunesse en partenariat avec le PNUD et l’UNFPA, la rencontre a pour objectif d’assurer une meilleure appropriation de cette stratégie par la jeunesse de la région du Sahel.

Les jeunes de la région du Sahel ainsi que les autorités déconcentrées sont en conclave du 14 au 16 novembre 2019 à Dori. La rencontre vise à sensibiliser les participants sur la stratégie intégrée des jeunes du G5 Sahel dans le cadre du résultat 3 du projet  » Jeunes et paix » dans les régions du Nord et du Sahel.

Le projet « Jeunes et paix » , selon la coordonnatrice, est une approche transfrontalière entre le Mali et le Burkina Faso. Il est piloté par le SNU (PNUD et UNFPA) en appui aux efforts des gouvernements des deux pays. Elle soutient que ce projet permettra de renforcer la citoyenneté des jeunes en vue de favoriser leur engagement et leur participation dans le processus de consolidation de la paix et la sécurité.

Rokhya Paquita a indiqué que grâce à la participation accrue de cette jeunesse à la recherche de la paix et la cohésion sociale, leurs besoins et aspirations seront mieux intégrés dans les mécanismes et structures de prise de décisions au niveau local avec des passerelles vers le niveau régional et national ; d’où l’organisation de cette session de sensibilisation à leur endroit.


Toute chose, selon elle, qui va les amener à mieux s’approprier le projet. De son avis, cette session de sensibilisation sur la stratégie intégrée de la jeunesse du G5 Sahel va permettre également d’atteindre l’objectif qui est le produit 3.2 du résultat 3 du projet indiquant que la stratégie intégrée de la jeunesse du G5 Sahel est mise en œuvre dans les deux pays (Mali et Burkina Faso). Au cours des trois 3 jours de travaux, les participants auront droit aux contenus de quatre modules portant sur la sensibilisation intégrée de la jeunesse, la stratégie de mise en œuvre de cette sensibilisation, les différents programmes du plan d’action et la technique d’animation et de communication. La formation est assurée par trois formateurs.

« Nous sommes venus accompagner la jeunesse, les jeunes leaders, les organisations de la jeunesse à se familiariser avec la stratégie, son plan d’action et à nous aider à mettre en place des mécanismes de dissémination et le suivi de la stratégie au niveau de la région du Sahel », a-t-elle conclu. Pour le directeur général de la jeunesse et de l’éducation permanente, les mêmes exercices ont été enseignés à la jeunesse de la région du Nord.


Larba Kuilga note que l’un des axes du projet « Jeunes et paix », est de promouvoir la stratégie intégrée de la jeunesse du G5 Sahel dont le lancement a été fait à Ouagadougou en avril dernier. Il soutient que ce sont ces organisations de jeunesse qui sont les principaux vecteurs de la mise en œuvre de cette stratégie intégrée dans leurs zones d’intervention, d’où la présence des jeunes des Conseils national et régional des jeunes ainsi que leurs démembrements à la session de sensibilisation.

Pour Ali Bocoum, par ailleurs président du Conseil régional des jeunes du Sahel, les jeunes du Sahel sont aujourd’hui interpellés sur la problématique qu’aborde le projet « Jeunes et paix ». Il indique que depuis des années déjà, l’on attribue beaucoup de conflits et de violences aux jeunes. A l’en croire, si l’on peut dire que les jeunes sont des acteurs de violence, ils peuvent être aussi des vecteurs de la paix. Il note que les jeunes des deux pays concernés par le projet « Jeunes et paix » doivent adhérer à ce projet car ce sont les jeunes dévoués au développement qui payent un lourd tribut quand la société est affectée par des conséquences liées à l’insécurité.


« Ensemble, nous allons nous donner les mains pour rechercher la solution appropriée, les meilleures pistes de solution à dégager afin de lutter efficacement pour la paix et la cohésion sociale dans les deux pays concernés par le projet dans le G5 Sahel », a-t-il laissé entendre.

Daoula Bagnon

Correspondant Dori.

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici