Région des Cascades : « Un paradis non exploité »

115

La radio B24 en collaboration avec le Conseil régional des Cascades a tenu à Banfora (chef-lieu de la région des Cascades) le samedi 13 mai 2017 un panel sur le thème: « Quelle actions pour le développement économique  de la région des cascades ? ». Ce panel qui a été  présidé par le Président du Conseil Régional des Cascades Drissa Ouattara a servi de cadre aux ressortissants de la région de mener la réflexion  sur l’exploitation des riches potentialités dont regorge la région.

La région des Cascades est l’une des régions que la nature aura fait des faveurs. Avec un climat proche de celui du Nord de la Côte d’Ivoire, la région regorge d’énormes atouts agricoles, et pas seulement. L’élevage, la pisciculture, le commerce, le tourisme pour ne citer que ces secteurs, sont développés  dans cette région.

C’est d’ailleurs l’une des régions qui présentent une balance commerciale excédentaire. Cependant,  la région des Cascades peine toujours à amorcer un véritable décollage économique. Bien que la pauvreté soit  sur une tendance baissière, (elle tourne toujours au tour de 22,7% contre 40,1% pour le niveau national selon l’enquête multisectorielle de 2014),  on note que près de 2/5  des populations sont alimentairement pauvres. Un constat qui laisse entrevoir que la région des Cascades ne tire pas suffisamment profit de ces riches potentialités.

D’où la pertinence de ce panel, lequel a invité les forces vives de cette région à se replonger sur l’exploitation qui est faite de ses potentialités.

Ainsi au cours de  ce panel, le chef de service de la direction régionale de l’Economie et de la Planification des Cascades, Rasmané Sankara  a présenté les atouts et contraintes au développement de la région des Cascades.

Axant sa communication sur 3 points, Rasmané Sankara a présenté  d’abord les données socio- économiques  qui caractérisent la région,  ensuite les contraintes   de développement, les atouts et  les perspectives de développement.

En ce qui concerne l’agriculture, il ressort que malgré l’abondance de la pluviométrie, la présence de cours d’eau,  la région des cascades est confrontée à une faible intégration entre la production  végétale et animale.

Au titre des atouts, La région des cascades faits parti des régions nantis du Burkina car elle possède de terre fertiles, une bonne pluviométrie, et possède beaucoup d’unités de transformation. Et la région dispose d’une multitude de sites touristiques comme les lacs de Tingrela, les cascades de Touni, les pics de Sindou…

Après cette première communication, le directeur régional des impôts des cascades Ibrahim B. Dah, a présenté une  deuxième communication portant sur le  civisme fiscal.

Dans sa communication il fait ressortir le rôle de l’impôt dans le développent de la région, car pour lui, la construction d’une école, des routes vient de l’argent déboursé dans les impôts.

Banfora est passée de la 3e à la 5e ville du Burkina

Apres les interventions des panelistes place aux échanges avec les forces vives présentes. Pour le président de l’association des opérateurs économiques et artisanat  de la Comoé Boureima Sawadogo, la région des Cascades est un paradis  inexploité par rapport aux autres régions. Pour lui, elle ne fait que vendre tout ce qu’il produit (coton, arachide, igname) sans transformation. Ce qui n’apporte pas une valeur ajoutée à ces produits

Et Oumar Soma,  responsable de l’union régionale de la CGTB des cascades d’ajouter que  « Banfora était la 3ème ville en matière de développement et récemment, elle est classée 5ème ». Pour lui,  cela s’explique par plusieurs raisons car les industries n’ont pas d’impact sur la région. En ce qui concerne les impôts,  il laisse entendre que les gens ne payent pas d’impôts car ils ne savent pas  à quelle fin sert cet argent.

Appel à l’union des forces

A la fin des débats, le président du Conseil régional des Cascades Drissa, a lancé un appel à l’union des fils et filles des Cascades où qu’ils se trouvent, à travailler main dans la main pour mettre les Cascades sur les rails du développement. Tout en remerciant Burkina 24, pour avoir initié ce panel, il a indiqué que les recommandations issues de ces débats seront exploitées.

Le Directeur de la Radio B24, Maxime Kaboré, représentant le Directeur général de Burkina 24, a remercié les natifs des Cascades pour l’accueil chaleureux et a surtout formulé le vœu que ce panel soit le point de départ d’une série d’autres rencontres que les forces vives de la région  organiseront eux-mêmes, « parce que, dit-il,  c’est seulement dans l’union que vous, forces vives des Cascades bâtiront votre région ».

Saly OUATTARA

Burkina24

Burkina24.com