Réduction des risques de catastrophes au Burkina : Vers l’adoption d’une stratégie nationale adaptée

69
Réduction des risques de catastrophes au Burkina : Vers l’adoption d’une stratégie nationale adaptée

« Enjeux et défis de la réduction des risques de catastrophes au Burkina Faso ». C’est sous ce thème que se tient, du 11 au 13 juin 2019 à Ouagadougou, un forum national sur la Réduction des risques de catastrophes (RRC). Ce forum vise à contribuer à une meilleure compréhension de la RRC au Burkina Faso. La cérémonie d’ouverture a eu lieu ce mardi 11 juin, sous la présidence de Fatoumata Ouédraogo, secrétaire générale représentant la ministre en charge de la Solidarité nationale et de l’Action humanitaire.

Les inondations, les vents violents, les invasions acridiennes et les sécheresses sont entre autres les catastrophes naturelles auxquelles a été confronté le Burkina Faso au cours de ces trois dernières années. Et parmi ces catastrophes, les inondations et les vents violents ont à eux seuls fait 140 220 personnes sinistrées dont 31 morts et d’importants dégâts matériels, a souligné la présidente de la cérémonie, Fatoumata Ouédraogo. Elle a ajouté que suite à la mauvaise campagne agro-pastorale 2017-2018, 620 394 personnes réparties dans cinq régions (Sahel, Centre-Nord, Nord, Centre-Ouest et Est) ont été en insécurité alimentaire sévère.

Fatoumata Ouédraogo, représentante du ministre en charge de la solidarité nationale

À cela, il faut ajouter le fait que les conflits intercommunautaires et les attaques terroristes ont contribué à détériorer la situation humanitaire ; le Burkina enregistrait plus de 170 000 personnes déplacées internes en fin avril 2019. Ce qui montre, selon Fatoumata Ouédraogo, que la réduction des impacts humains et matériels de ces catastrophes naturelles est un impératif de survie auquel tout le monde doit s’engager.

C’est pourquoi, selon elle, ce forum donne l’opportunité aux différents acteurs de mener la réflexion autour du thème « Enjeux et défis de la réduction des risques de catastrophes au Burkina Faso ». Et la représentante du maire de Ouagadougou, Denise Sanou, de renchérir en relevant qu’en plus d’être une opportunité, le forum revêt un intérêt capital pour la commune, parce qu’il aidera à approfondir la réflexion sur les enjeux et défis de la réduction des risques de catastrophes et surtout de dégager des pistes de solutions pour renforcer les acquis. « Car la réduction des risques de catastrophes contribuera à réaliser une ville résiliente », a-t-elle déclaré, ajoutant que la commune s’est engagée dans la mise en œuvre de son plan de contingence avec l’appui du gouvernement et de ses partenaires.

les différents acteurs de la réduction des risques de catastrophes refléchissent à une stratégie nationale

Vers l’adoption d’une stratégie nationale

Pour le secrétaire permanent du Conseil national de secours d’urgence et de réhabilitation (CONASUR), Florent Bakouan, ce forum permettra, dans un premier temps, d’ouvrir un cadre de dialogue entre acteurs, qui était inexistant au Burkina Faso, pour qu’ils puissent s’unir autour de la question de la réduction des risques de catastrophes. « Le deuxième aspect, dit-il, c’est aussi de mieux de se connaître entre acteurs pour pouvoir discuter et voir quelles sont les initiatives existantes, les progrès effectués en la matière, les limites et sur quel aspect doit-on mettre l’accent et/ou quelle stratégie faut-il développer, car il faut préciser qu’aucune stratégie nationale n’existe encore sur la question ».

M. Bakouan ajoutera qu’ « il s’agit pour nous de créer une saine émulation autour de cette réduction, mobiliser le maximum de parties prenantes et de ressources pour mettre en commun toutes les initiatives privées et de faire en sorte qu’elles répondent à une stratégie nationale bien adaptée, en relation bien sûr avec le Sendai 2015-2030, qui est le référentiel mondial à la matière ».

Y.Z.

Lefaso.net

Source : lefaso.net

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici