Qui sont les poids lourds du gouvernement burkinabé ?

179

Si l’équipe gouvernementale de 29 ministres est dirigée par un quasi-inconnu intime du président, Paul Kaba Thiéba, elle compte malgré tout quelques poids lourds.

CLÉMENT PENGDWENDÉ SAWADOGO (2er rang, 3e en partant de la gauche)
Ministre de la Fonction publique, du Travail et de la Protection sociale

Le secrétaire général du MPP, qui avait suivi Kaboré lorsqu’il a claqué la porte du CDP, fait partie des cadres du parti présidentiel qui ont été nommés ministres. Le 15 janvier, il était présent au Splendid Hotel lorsque les trois terroristes d’Aqmi y ont pénétré. Sorti indemne, il devra rapidement obtenir des résultats pour ne pas faire mentir le président sur ses promesses en matière d’emploi

ROSINE SORI-COULIBALY (1er rang, 2e en partant de la gauche)
Ministre de l’Économie, des Finances et du Développement

Son nom a un temps circulé pour le poste de Premier ministre. Elle a finalement hérité d’un « superministère » englobant l’Économie, les Finances et les questions de développement – un poste primordial dans un pays qui tourne au ralenti depuis octobre 2014. Ancienne représentante résidente du Pnud au Togo et au Bénin, elle est proche de Salif Diallo

ALPHA BARRY (2e rang, 3e en partant de la gauche)
Ministre des Affaires étrangères, de la Coopération et des Burkinabè de l’extérieur

En ce début de mandat, cet ancien journaliste bien connecté dans la sous-région a pour principale mission de renouer les liens avec la Côte d’Ivoire. Le 22 février, il a été dépêché à Abidjan pour remercier Alassane Ouattara après l’extradition de l’adjudant-chef Moussa Nébié. C’était la première fois qu’un officiel burkinabè se déplaçait sur le sol ivoirien depuis la fin de la transition

RENÉ BAGORO (2e rang, troisième en partant de la droite)
Ministre de la Justice, des Droits humains et de la Promotion civique

Considéré comme hostile aux pro-Compaoré, l’ex-ministre de l’Habitat de la transition avait été séquestré par les putschistes du RSP avec le président Kafando en septembre. Promu garde des Sceaux, ce magistrat de formation a la lourde tâche de répondre à la soif de justice de la population

SIMON COMPAORÉ (1er rang, 3e en partant de la droite)
Ministre de l’Administration territoriale, de la Décentralisation et de la Sécurité intérieure

À Ouaga, on aime dire qu’il n’est pas Premier ministre mais le « premier des ministres ». Ami de longue date du président, qu’il a connu sur les bancs de la faculté en France lorsqu’ils militaient ensemble dans les mouvements communistes, il a toute sa confiance

Jeune Afrique