Quartier Pazani de Ouaga : Les déplacés entre l’enclume et le marteau

46

Les assassinats au Grand-Nord du Burkina ont contraint plusieurs milliers de personnes à quitter leurs foyers. Plus de 230 ressortissants de la Commune de Silgadji dans le Soum ont trouvé refuge à Ouagadougou. Des bonnes volontés n’hésitent pas à tendre la main à ces déplacés internes. El Hadj Abdoul Moumine Sawadogo, qui les considère comme des parents, en fait partie. Mais, ce commerçant qui a tenté d’alléger les souffrances des déplacés, a été gardé à vue pendant six jours. Certains déplacés s’estimant à l’origine de son calvaire ont décidé de repartir d’où ils venaient. D’autres, sommés de rejoindre les sites de Barsalogho, Foubé ou Kelbo, ont les yeux rivés sur le ciel.

« Une nuit est d’habitude longue. Mais, elle l’est encore plus lorsqu’on la traverse sans fermer l’œil. C’est alors qu’elle réveillera, en toute personne, amertumes et angoisses », nous enseigne le jeune écrivain Bambingnélé Philipe Ouédraogo dans son roman « Un innocent en enfer » paru en avril 2019.

La nuit du mardi 2 au mercredi 3 juillet 2019, Sakinatou (nom d’emprunt) l’a passée adossée à un mur délabré de l’école primaire privée Kougnonlè de Pazani, une zone non-lotie située dans l’arrondissement 9, secteur 38 de Ouagadougou. Malgré les supplications de sa voisine, Alima, qui lui demandait de se coucher, la pauvre dame est restée assise sur sa natte sans fermer l’œil. La douleur qui afflige aujourd’hui son âme dépasse ses blessures.

« On dirait que Dieu est devenu sourd face à notre situation »

Les déplacés à Pazani ne savent plus à quel saint se vouer

Lorsque le soleil sort de sa cachette, Sakinatou ne cesse d’égrener son chapelet pour implorer la grâce divine. En réalité, veuve depuis plusieurs années, elle ne sait plus à quel saint se vouer. Cette mère de six enfants, les joues pâles et les yeux bridés, ne vit pas seule ces moments fâcheux. « On dirait que Dieu est devenu sourd face à notre situation », marmonne Abdoulaye (nom fictif), 55 ans, installé à l’écart sous un arbre, le menton en galoche. C’est le cousin de Sakina.

Nous sommes avec des déplacés ayant fui des violences meurtrières à Silgadji, village situé à Tongomayel dans le Soum, à 60 km de Djibo et à environ 95 km de Kaya. Silgadji est considéré comme le dernier village situé à la limite entre le Sahel et le Centre-Nord.

« C’est la fin du monde, pour nous »

La localité est prise en sandwich entre deux zones touchées par l’insécurité. La qualification de ces violences continue de faire débat. Si certains parlent d’attaques terroristes, d’autres évoquent des violences communautaires ou encore des règlements de compte. Toujours est-il que des individus sont tués par d’autres.

Plus de 230 ressortissants de Silgadji ont fui ces hostilités pour se retrouver à Ouagadougou. Le regard vide et l’avenir incertain, beaucoup ont trouvé gîtes et couverts à Pazani où ils déambulent désormais, âmes en peine. Certains dorment dans des salles de classe, d’autres à la belle étoile. L’essentiel est d’être loin des crépitations d’armes. Même là, les déplacés à Pazani s’estiment malheureux, et ce n’est pas peu dire. Leur sommeil est hanté depuis des semaines.

« Ce sont les tueries qui nous ont conduites ici »

« C’est la fin du monde, pour nous », se désole Sakinatou qui ne cesse de fondre en larmes, lorsqu’elle tente de relever le front. La cinquantenaire, accroupie devant des baluchons de vêtements et des marmites vides, est inconsolable.

Après une brusque bouffée d’air, la brave femme de Silgadji arrive à partager l’intimité de sa pensée avec nous. « Ce sont les tueries qui nous ont conduites ici. Récemment, un prêtre et cinq de ses disciples ont été exécutés à Silgadji », explique-t-elle, accablée par la dépression.


A l’école primaire privée Kougnonlè de Pazani

Ceux qui ont pu dénombrer le nombre de victimes ce jour communiquent moins sur la question. Les commentaires vont donc bon train. Six morts, … sept morts…

« C’était la tuerie de trop. On s’est alors mis à fuir. Nous avons fait plusieurs jours sans dormir. Deux semaines après ces tueries, nous apprenons que des individus armés sont venus de nouveau chez des voisins à Dablo et ont ôté la vie à sept personnes. Une semaine après encore, on enregistrait deux morts et deux personnes enlevées ainsi que des biens dérobés », poursuit-elle.

Entre famine, inquiétude, cherté de la vie et discrimination…

Et le massacre ne s’arrête pas là. Encore sept jours après, à l’en croire, 13 autres personnes ont été assassinées en plein jour par des hommes armés. « Et là, vraiment, on s’est dit qu’il est temps de quitter les lieux », se rappelle la déplacée toujours sous le choc. La situation empire de jour en jour. L’instinct de survie pousse la plupart des villageois à dormir hors de leurs maisons d’habitation. C’est le sauve-qui-peut et le début de l’exode.

« Les gens parlent des crépitements des armes, mais si tu n’en as jamais entendus, tu ne peux pas imaginer la frayeur que cela produit. On risque de te taxer d’exagération. Notre but premier était d’être très loin de là. Le périple a véritablement commencé le jour de la fête du Ramadan. Nous avons passé trois jours sans manger avant d’arriver à Ouagadougou. On est assis aussi, à vrai dire, nous sommes toujours dans la tourmente », lâche-t-elle, toute traumatisée.


Une vue de l’école primaire privée Kougnonlè de Pazani

Le fait d’en parler navre encore plus Sakinatou qui ne peut s’empêcher de verser des larmes. D’autant plus que des stéréotypes planent au-dessus de leurs têtes : « Qui sont ces déplacés au fond », « Pourquoi ici ? ». Certains de leurs voisins préfèrent prendre leur distance. A Pazani, la peur dans le ventre, les ressortissants de Silgadji vivent entre famine, inquiétude, cherté de la vie et discrimination. Ils ont été secourus pendant une semaine par les services de l’Action sociale avant d’être laissés à leur sort.

L’aide suspendue, les déplacés priés de rejoindre Barsalogho, Foubé ou Kelbo

« Ceux qui n’ont pas compris pensent que nous sommes attirés par la belle vie dans la Capitale. La situation que nous traversons est inexplicable. Personnellement, depuis que je suis née, je n’ai jamais bu la bouillie le matin et passé toute la journée avec ça. Et que finalement, je cherche même la bouillie en vain. Quand on ne gagne pas de bouillie, on paye la mangue pour calmer la faim en espérant que demain sera meilleur », révèle Sakinatou, le regard triste.

A l’école primaire Kougnonlè, il est 11h. La parcelle de l’établissement privé est presque vide en ce début de vacances scolaires. La désolation des déplacés, qui y ont trouvé refuge, est en train d’atteindre son paroxysme. Les autorités leur demandent de se diriger vers les sites aménagés à Barsalogho, à Foubé ou à Kelbo. Mais, ces derniers ne l’entendent pas de cette oreille.


VIDEO : “Ceux qui n’ont pas compris pensent que nous sommes attirés par la belle vie à Ouaga” (déplacée)

 Burkina 24

Les deux repas « chauds » servis chaque jour, à partir du 12 juin, en plus de l’assistance psychologique, ont été suspendus le 20 juin. La pression monte, et depuis cette date, chacun se débrouille avec sa marmite dans la cour de l’école. Les nouveaux occupants du temple du savoir, entouré de cases en terre cuite délabrées et de constructions en ciment inachevées, savent que leurs jours sont comptés dans ces lieux.

El Hadj Abdoul Moumine, le bon Samaritain…

Sur le camp de fortune, ce mardi 25 juin 2019, une atmosphère glauque remplace le tintamarre des enfants, le chahut de la classe et la voix des enseignants. L’effroi coupe l’appétit. « Depuis que les autorités nous ont dit cela, nous n’arrivions même plus à manger la nourriture apportée par l’Action sociale. Repartir dans le Soum ou dans le Sanmatenga, c’est aller se faire assassiner. Les gens fuient même Barsalogho pour aller à Kaya. Aidez-nous, sinon vraiment, ça fait pitié », se morfond Fadhila (nom d’emprunt), la sœur de Sakinatou.

Et d’ajouter : « Nous savons que les autorités ne veulent pas de nous ici. En toute honnêteté, c’est parce que nous n’avons pas le choix. D’ailleurs, moi, je ne peux même pas vivre ici pendant longtemps. Rien n’est gratuit, même l’eau ». Le mois de juin 2019 aura été rébarbatif pour ces déplacés internes. Ils n’entendent que de mauvaises nouvelles, comme si le ciel leur est tombé sur la tête.

La ministre en charge des questions humanitaires et de la solidarité nationale, Marie Hélène Laurence Ilboudo Marchal, leur a fait savoir que la Capitale n’a pas la « commodité nécessaire pour les abriter ». Ceux qui ont choisi de rester notamment à Pazani devront, selon l’autorité, se prendre en charge ou être aux bons offices de leurs parents, installés non loin. El Hadj Abdoul Moumine Sawadogo fait partie de ces parents généreux.


Ces enfants ne se doutent de rien
Main dans la main pour soulager les hôtes…

Alerté sur le déplacement des populations, il n’a pas hésité à déployer un véhicule qui a conduit sa famille jusqu’à Ouagadougou. C’est avec l’appui de ses amis, connaissances, promoteurs d’écoles et de lycées, que ses parents ont trouvé refuge à Ouagadougou notamment à l’école primaire privée Kougnonlè de Pazani. Ladji Moumine nourrit ses hôtes comme il peut, à ses frais. De bonnes volontés ont également mis la main à la pâte afin d’alléger les souffrances des déplacés en leur offrant un séjour bienfaisant.

Nous sommes toujours fin juin 2019. La saison pluvieuse est à ses débuts. Et partout dans la ville, l’éclat de la verdure est visible.


Idrissa Kadiogo, Président de l’Association des maîtres coraniques au Burkina Faso (AMC)

Il a, d’ailleurs, fallu circuler dans la boue pour se rendre à Pazani, ce quartier non encore loti. Non loin de notre lieu de rendez-vous avec le « tuteur en chef » des déplacés, des enfants curieux, qui avaient l’oreille qui trainait, finissent par ne rien comprendre de nos échanges. Ils partent jouer à cache-cache dans une maisonnette en construction.

Nous sommes chez El Hadj Abdoul Moumine Sawadogo, le leader des bonnes volontés. Ce dernier confie avoir été stoppé dans son élan de solidarité. Il a, en effet, été gardé à vue après avoir été « dénoncé » par un inconnu.

« Porter assistance à des membres de ma famille m’a valu des nuits blanches en prison »

Ce ressortissant de Silgadji vivant à Ouagadougou depuis plus de 25 ans venait d’être libéré lorsque nous l’avons accosté. Le commerçant, visiblement très connu à Pazani, a été soupçonné de trafic d’êtres humains, selon ses propos. Mais, Ladji ne se résigne pas.


VIDEO  : Ce qui est à l’origine du déplacement des populations, selon El Hadj Sawadogo

Burkina 24


Il dit être fier de porter aujourd’hui ses cicatrices comme des médailles. « Porter assistance à des membres de ma famille m’a valu des nuits blanches en prison », s’attriste le quinquagénaire. « Mes parents sont installés à Silgadji, ça vaut 100 ans. Plusieurs de nos grands-pères et arrières grands-pères sont nés là-bas. Même ma mère est née à Silgadji. Ils ont tenté de résister face aux violences.

Mais, la situation devenait de plus en plus délétère. Nous avons donc déployé un véhicule afin d’aider nos frères, sœurs et parents à rallier Ouagadougou », développe-t-il. Le promoteur de plusieurs boutiques de Mobile Money jure pourtant avoir pris le soin d’informer les forces de défense et de sécurité lorsque ses parents sont arrivés à Ouagadougou.

« Malgré tout, le 19 juin, vers midi, je reçois un appel qu’on a besoin de moi sur un des sites. Une fois sur les lieux, j’aperçois des Hommes en tenue qui sont venus pour m’arrêter ainsi qu’un petit frère, Bachirou Sawadogo. Ils ont dit qu’ils ont juste besoin de nous pour des compléments de renseignement à Gounghin et qu’on sera relâchés », poursuit-il.

« Au lieu d’une décoration, c’est la prison qu’on a donnée à Ladji »

Les deux frères sont reconduits au Commissariat : « Nous avons été jetés au cachot. Nous sommes restés enfermés jusque dans la soirée du 25 juin avant d’être libérés. Ils ont dit qu’ils n’ont rien vu contre nous ». Cette arrestation est déplorée par plusieurs témoins du mouvement des déplacés vers Ouagadougou.


VIDEO : Des déplacés à Ouaga : Les conditions de l’arrestation du “tuteur en chef” à Pazani

Burkina 24


Après cet « épisode malheureux », selon Idrissa Kadiogo, Président de l’Association des maîtres coraniques au Burkina Faso (AMC), plusieurs déplacés ont décidé de rebrousser chemin. Le maître Kadiogo fait partie des premiers à avoir alerté l’opinion publique sur l’arrivée des déplacés dans la Capitale et à leur apporter gîtes et couverts.

« Ils sont venus à Ouagadougou pour sauver leur peau. Mais, ils ont été mal accueillis. Surtout que leur tuteur principal, Ladji Moumine, a été mis aux arrêts avant d’être relâché six jours après. Son hospitalité et son intégrité lui ont fait passer plus de 120 heures derrière les barreaux. Au lieu d’une décoration, c’est la prison qu’on a donnée à Ladji. La plupart des déplacés ont estimé qu’il était mieux de ne pas lui créer d’autres problèmes. Ils ont décidé de repartir », dit-il, d’un ton dépité.

Retour volontaire ou forcé ?

Pour lui, Ladji ne méritait pas cette détention provisoire. Les déplacés, à en croire le maître coranique, se connaissent tous, et il n’y a aucun intrus parmi eux. « Même moi, j’ai eu à héberger certains. On parle de trafic d’êtres humains ou de soupçon d’infiltration, alors que ce sont des frères et sœurs d’une même famille. Voilà qu’ils sont en train de repartir dans la désolation.


L’intérieur d’une maison construite par Idrissa Kadiogo pour héberger des déplacés

Certains risquent même d’aller tomber dans la gueule du loup », se lamente-t-il, tout en qualifiant le retour des déplacés de « retour volontairement forcé ». D’autres déplacés, pour le moment, s’essayent dans les travaux champêtres ou la maçonnerie dans la Capitale afin de disposer de quoi  nourrir la famille.

En attendant…

En attendant de rejoindre les siens à Silgadji, la veuve Sakinatou et ses six enfants, son cousin Abdoulaye et sa sœur Fadhila, caressent l’espoir d’un lendemain meilleur. Ils se fient désormais à leur destin.

Ce vendredi 5 juillet, nous prenons congé d’eux au moment où le muezzin, du haut du minaret de la mosquée, s’apprêtait à annoncer l’Al-Maghrib, la prière du coucher du soleil.

Des questionnements taraudent toujours leurs esprits : « Qu’est-ce que nous allons manger ce soir ? », « Comment sera demain ? », « Faut-il s’engager pour des travaux champêtres comme d’autres ? »… Eux-mêmes n’ont pas de réponses. Encore une longue nuit s’annonce. Et le chemin du retour s’avère également long pour nous.

Nous enfourchons notre motocyclette, dans le crépuscule du soir, avant de nous hasarder sur la voie boueuse et non éclairée de Pazani…

Noufou KINDO

Burkina 24

Source : Burkina24.com

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici