Province du Mouhoun : L’école « A » de Tierkou a 50 ans

128

Le cinquantenaire de l’école primaire publique de Tierkou «A» dans la province du Mouhoun a été célébré le samedi 31 mars 2018, sous le parrainage du ministre de l’Habitat et de l’Urbanisme, Dieudonné Maurice Bonanet. Placé sous le thème :  «L’éducation, tremplin pour un développement économique, culturel et social», ce jubilé d’or a donné l’occasion aux anciens et nouveaux élèves de l’école, de communier ensemble.
L’école primaire publique «A» de Tierkou,  qui a soufflé ses cinquante bougies en 2017, a ouvert ses portes en octobre 1967, selon le président du comité d’organisation du jubilé d’or, Emmanuel Kouamé Banaon, par ailleurs l’un des premiers élèves de ladite école. Pendant cinq décennies, ce temple du savoir a pu mettre à la disposition de l’Etat burkinabè, plus de 300 cadres et des agents compétents, exerçant dans les administrations publiques, privées et le secteur informel, a poursuivi Emmanuel Kouamé Banaon. Jonas Bayoulou, élève de la 2e promotion, fait partie de ces cadres. Aujourd’hui, il est directeur d’une société de la place. Pour lui, bien que les débuts aient été difficiles, l’école «A» de Tierkou s’est vite présentée comme une école de référence en matière d’éducation, dans la province du Mouhoun. «Elle a contribué ainsi à la formation d’hommes et de femmes qui, aujourd’hui, gagnent leur vie et contribuent au développement du pays», a-t-il dit. Le représentant du ministre de l’Education nationale et de l’Alphabétisation, a indiqué que la célébration du cinquantenaire est la preuve de l’engagement des anciens élèves pour la promotion d’une éducation à même d’assurer à la jeune génération, un avenir radieux. La célébration de ce jubilé d’or a connu la participation des autorités administratives, religieuses et coutumières. Elle a été une occasion de communion entre les anciens et les nouveaux élèves de l’école. La remise de lots, de kits scolaires et le baptême de l’école, ont été les articulations essentielles de la célébration du cinquantenaire. Pour susciter un meilleur rayonnement de l’école, les enseignants qui ont inscrit leurs noms sur le registre de l’école et qui se sont illustrés par leur travail, ont eu droit à des attestations de reconnaissance. A son ouverture, a rappelé Emanuel Kouamé Banaon, élève de la première promotion, l’école dirigée par feu Fernand Sanon en son temps, comptait soixante-trois (63) élèves. Et c’est dans des circonstances de vives tensions que l’école primaire publique «A» de Tierkou, deuxième du département de Tchiériba à l’époque, a vu le jour, a poursuivi M. Banaon. Ces vives tensions, a-t-il indiqué, étaient dues aux rivalités entre les villages de la région, chacune des localités  voulant l’abriter. Cependant, l’école a pu voir le jour en octobre 1967, grâce à la volonté des autorités politico administratives de l’époque. La position centrale et l’importance en nombre de la population de Tierkou sont parmi les atouts ayant milité en faveur de la création de cette école, a souligné Emmanuel Kouamé Banaon. Il a également fait cas du rôle déterminant du chef du village de l’époque, feu Gnanou Ouattara, à qui un vibrant hommage a été rendu au cours de la commémoration de ce demi-siècle de vie de l’école qui porte désormais son nom.
Kamélé FAYAMA

sidwaya.bf