Protection des équidés : la première édition de la journée de l’âne placée sous le signe de l’amélioration du bien-être des ânes

34

L’ONG Action pour la promotion des
initiatives locales (APIL) a organisé jeudi 23 mai à Ziniaré, région du Plateau
central la 1re édition de la Journée de l’âne, dite « boang daaré ».

Placée sous le thème «Amélioration du
bien-être des ânes, une solution pour une meilleure contribution au bien-être
des communautés, cette journée a réunie autorités administratives, coutumières
et bien entendu les agriculteurs et les éleveurs venus de trois communes de la
région du Plateau central.
Première du genre dans la région du
Plateau central, cette journée a été l’occasion pour tous les intervenants de
reconnaitre le mérite de cet animal utilisé en milieu urbain et rural ainsi que
le combat mené par L’ONG APIL pour un changement de mentalité des propriétaires
et utilisateurs des ânes.

Pour Clarisse Bagagnan, conseiller technique, représentante du gouverneur de la région du Plateau central, l’âne est un animal qui sert de dos, de tête, de bras, et de jambes à des milliers d’hommes et de femmes aussi bien en milieu rural qu’en milieu urbain. « Eu égard aux services qu’ils rendent à l’homme, les ânes doivent bénéficier d’un meilleur traitement », a-t-elle déclaré.

Et, allant dans le même sens et justifiant la tenue de cette journée, le coordonnateur général de l’ONG APIL, Abdoulaye Ouédraogo, dira que l’organisation du boang daaré vise, à éveiller les consciences pour plus d’égard envers l’âne.

«Malheureusement, il (l’âne) n’a pas
en retour la gratitude de l’homme car, il n’a pas un bon logement, il est mal
nourrit, rarement soigné. Nous pensons qu’il faut que cela change. C’est
pourquoi nous avons initié cette journée pour discuter, échanger et partager
les bonnes pratiques avec les propriétaires, utilisateurs et toute la
population sur la nécessité de prendre soin de l’âne comme les autres animaux
domestiques », a dit le coordonnateur de APIL, Abdoulaye Ouédraogo.

Les éleveurs et agriculteurs sensibilisés
et outillés

Dans l’optique que les mauvais traitements dont les ânes sont victimes diminuent, les éleveurs, agriculteurs et autres utilisateurs des ânes, ont été outillés sur les bons gestes à adopter, toute chose qui permettrait un véritable changement de comportement. Ainsi, des conseils pratiques ont été prodigués aux participants par Augustin Ouédraogo de la direction des ressources animales du Plateau central, allant de l’alimentation jusqu’aux soins de santé et l’hygiène dont cet animal a besoin.

Outre cette séance de
sensibilisation, le « boang daaré » a été marqué par la reconnaissance des
propriétaires et utilisateurs modèles. Au nombre de dix, venus des communes de
Dapélogo, de Zitenga et de Ziniaré ils ont reçu du matériel d’entretien de
L’ONG APIL. Augustin Simporé est un récipiendaire.

Très heureux, il a remercié APIL pour
cette initiative car, grâce à APIL, ils savent maintenant comment prendre soin
de leurs ânes. Pour lui, maintenant, l’âne est mieux valorisé.

Une étude de l’ONG Apil montre que la
région du plateau central compte 1500 ânes

Selon une
étude menée en 2017 par l’ONG APIL dans la région du plateau central, l’une des
régions d’intervention de l’ONG, auprès de 1200 ménages, la région compte 1 500
ânes. Cette étude montre que contrairement aux autres animaux domestiques qui
sont bénéficient d’une attention particulière, l’âne ne bénéficie d’aucun soin
de santé de la médecine moderne. Il n’est pas bien nourrit, malgré son rôle
dans les différents travaux.

Le boang
daaré organisé par l’ONG APIL s’inscrit dans le cadre de la mise en œuvre de
son Programme d’Appui au renforcement des Moyens d’existences des communautés
par le bien-être animal (PARMEC) au profit des propriétaires et utilisateurs
des équidés de trait de la région du Plateau central.

Judith Traoré

Source : Omegabf.info

LAISSER UN COMMENTAIRE

S'il vous plaît entrez votre commentaire!
S'il vous plaît entrez votre nom ici