Protection de l’enfance au Burkina

51

Les Réseaux de protection de l’enfance (RPE) ont tenu les 31 mai et 1er juin  à Koudougou, leur rencontre annuelle 2018. 
La question de la protection des enfants et de la promotion de leurs droits, constitue une préoccupation majeure du ministère en charge de la famille.En organisant cette rencontre annuelle, l’objectif principal est d’offrir un cadre de partage d’expériences et de concertation aux RPE existants et leurs partenaires. Il s’est agi au cours de ces deux jours de travaux, de présenter le document de références des RPE et le paquet minimum, de faire le bilan des activités et des acquis de chaque groupe de réseau, d’échanger sur le thème : « Lutte contre les abus et les violences faites aux enfants : place et rôle des RPE».Un plan triennal de renforcement de onze services sociaux déconcentrés a été élaboré et validé après une étude diagnostique des forces et faiblesses faites dans ces services en rapport avec la protection de l’enfance. Le troisième axe de ce plan a été consacré au renforcement du système de communication, du réseautage et de la collaboration opérationnelle entre acteurs en vue d’améliorer l’efficacité dans la gestion des cas d’enfants en besoin de protection. C’est dans ce cadre que « l’approche réseaux de protection de l’enfance » a été expérimentée par certains membres du GTPE dans certaines provinces comme approche pouvant répondre de manière systématique à un besoin stratégique, de mettre en lien les différents acteurs de la protection de l’enfance. Cette approche vise une mutualisation des forces et des opportunités afin de mieux adresser, prendre en charge et suivre les cas d’exploitation, de traite, de maltraitance, de violences, de négligence et d’abus divers à l’encontre des enfants. Partant du principe que « l’approche systémique  de la protection de l’enfance reconnaît que les enfants font face à des problèmes complexes qui requièrent une réponse multidisciplinaire », les réseaux de protection mis en place dans ce cadre se veulent des instances non seulement de renforcement de la synergie et des capacités des acteurs de protection mais aussi et surtout comme un mécanisme opérationnel pouvant répondre de manière pratique, efficace et efficiente, aux besoins de protection des enfants victimes ou à risque de violence.En 2016, une évaluation externe des réseaux de protection de l’enfance a permis de montrer la plus-value de ceux-ci. C’est ainsi que ladite évaluation a recommandé la généralisation des RPE à toutes les provinces du pays au regard des constats faits sur les performances des services de protection offerts aux enfants grâce aux réseaux existants. A ce jour et ce, grâce aux appuis techniques et financiers de l’Etat, des ONG et agences membres du GTPE comme Terre des hommes Lausanne (Tdh/L), UNICEF, CCFC, Save the Children International, Plan International, GIZ, l’approche RPE dans sa dimension institutionnelle sont promus comme moyen de renforcement de la synergie et de la capacité des acteurs au niveau local, reconnaît le premier responsable des RPE Josué Ango. Au total, ce sont 52  RPE qui sont mis en place dans les 45 provinces et 17 communes.
François KABORE
Abdoulaye Millogo
(stagiaire)

sidwaya.bf