Promotion de l’excellence scolaire : 95 élèves récompensés par le président du Faso

96

La troisième édition du Prix de l’excellence scolaire du président du Faso a eu lieu, le samedi 18 août 2018, à Ouagadougou. Cette année, 95 élèves ont reçu diverses récompenses, en présence du Premier ministre, Paul Kaba Thiéba, représentant le chef de l’Etat.

Quatre-vingt-quinze élèves, les meilleurs du Burkina Faso dans leurs niveaux respectifs, ont laissé libre cours à leurs joies exubérantes sur le perron de la salle polyvalente du palais de Kosyam, le samedi 18 août 2018. Des élèves qui ont réussi à leurs examens du CEP, BEPC, BEP et BAC de l’enseignement général, technique et professionnel avec des moyennes exceptionnelles. Chacun d’eux venait de recevoir une attestation de mérite, un kit scolaire, du matériel informatique et des sommes d’argent dans le cadre de la journée d’excellence scolaire du président du Faso. La présidente du comité d’organisation, Minata Ouédraogo, a indiqué que ces élèves ont été retenus sur la base de leur âge et de leur moyenne. Il fallait être parmi les dix ou cinq meilleurs de sa catégorie sur le plan national dont le critère est la meilleure moyenne. A propos de l’âge, l’élève devait avoir au maximum 13 ans pour le niveau CEP, 18 ans pour le BEPC, 19 ans pour le CAP, 21 ans pour le BEP et le Baccalauréat général et technique et 23 ans pour le Baccalauréat professionnel. Cette troisième édition a eu également un élan en faveur de l’éducation inclusive avec des prix spéciaux décernés aux enfants vivant avec un handicap visuel ou auditif, et qui se sont illustrés par leurs performances avec de bonnes moyennes aux examens de la session 2018.Meilleure élève au Baccalauréat sur le plan national avec 18,13/20 de moyenne, Christvi Elija Sawadogo, a confié rechercher l’excellence dans toute activité. «Pour moi, tant qu’on le peut, il faut toujours viser loin quels que soient le lieu et les conditions dans lesquels on se trouve», a-t-elle soutenu. Elle envisage poursuivre ses études à l’université de la Sorbonne en France. Par la voix de leur représentant, Alisha Leïla Oceane Nabelema, les lauréats ont remercié tous les acteurs qui sont intervenus dans leur formation (parents, encadreurs et autorités). «Nous sommes conscients que c’est grâce à notre courage, notre discipline et notre ardeur au travail que nous sommes désignés lauréats cette année. Nous prenons l’engagement de travailler à maintenir allumée la flamme de l’excellence dans le respect de nos parents et des institutions éducatives, dans la discipline avec le soutien de toutes et de tous pour un Burkina de paix, de prospérité et de bonheur », a-t-elle affirmé.

Que chaque
Burkinabè investisse
dans l’éducation

La célébration du mérite de ces élèves est une stratégie pour cultiver la saine émulation dans le milieu éducatif, selon la vision  du président du Faso, Roch Marc Christian Kaboré,qui s’est fait représenter par le Premier ministre, Paul Kaba Thiéba.  Le message du chef de l’Etat a été livré par le ministre en charge de l’éducation nationale, Pr Stanislas Ouaro. «Notre vision à travers le PNDES est de faire du jeune Burkinabè, un citoyen responsable, productif et créatif afin d’assurer son développement intégral et harmonieux», a-t-il indiqué. Par ailleurs, le chef de l’Etat a reconnu que l’éducation a été durement éprouvée en cette année scolaire. C’est pourquoi, il a rassuré que le gouvernement «fera tout ce qui est en son pouvoir pour sécuriser et pacifier l’ensemble des zones en situation d’insécurité». Car, a renchéri le porte-parole du président, «investir dans l’éducation, c’est investir dans l’homme, dans le développement, le progrès et la prospérité ». Pour ce faire, a-t-il dit, des bourses sont désormais offertes en vue d’aider les élèves à mieux affronter les difficultés liées aux études. Le président Kaboré a, de plus, invité chaque Burkinabè à investir dans l’éducation, et particulièrement, les entreprises privées à s’approprier cet événement de récompense du mérite des élèves. Le chef de l’Etat a lui-même offert des sommes d’argent allant de 400 000 à 1 million de francs CFA aux différents premiers. Pour sa part, le ministre Ouaro a noté le faible taux de filles dans le palmarès national (23%). Mais il a assuré que le processus est enclenché pour stimuler l’excellence au sein de la gent féminine. «Il y a des filles premières de leurs séries. Sur le plan national, c’est une fille qui a la meilleure moyenne au Baccalauréat ; ce n’est déjà pas mal. En termes d’accès, le taux des filles dépasse celui des garçons. Il s’agit maintenant d’œuvrer à ce que leurs résultats scolaires soient meilleurs, surtout dans le post-primaire. Nous y travaillons à travers l’octroi de bourses et des initiatives telles que les cours d’appui dans les disciplines scientifiques», a indiqué le chef du département en charge de l’éducation nationale. 

Fabé Mamadou OUATTARA

———————————————————————-

Les encouragements du Premier ministre

«J’exprime toutes les félicitations du président du Faso à l’endroit de tous ces jeunes qui ont été récompensés aujourd’hui pour l’excellence de leurs résultats aux différents examens scolaires et je les encourage pour la poursuite de leurs efforts. Je voudrais également adresser la reconnaissance du gouvernement aux enseignants qui, dans le silence, travaillent à faire en sorte que ces enfants arrivent au niveau où ils sont aujourd’hui. Egalement aux parents d’élèves qui, dans les familles, encadrent ces enfants. C’est donc un travail d’ensemble des enseignants, des parents et des enfants aussi qui font l’effort de travailler de manière soutenue. C’est la IIIe édition de cette expérience que le président du Faso a lancée depuis 2016 dans le but de cultiver l’excellence, le goût de se surpasser à nos enfants, parce que le chef de l’Etat et le gouvernement sont convaincus qu’on ne peut pas bâtir une grande nation sans une masse critique de jeunes Burkinabè, bien formés à tous les métiers, techniquement compétents pour soutenir le PNDES, et l’effort de développement de notre cher Burkina Faso. Dans la quête de la constitution de cette masse critique, qui figure à l’axe  N°2 du PNDES, la promotion du capital humain, nous avons pris des initiatives. Et déjà, on observe que la proportion des élèves dans les séries scientifiques a légèrement augmenté, le nombre de candidats au BAC «C» a presque doublé. Tout cela est prometteur pour l’avenir et il faut soutenir cet effort. Pour les élèves du Sahel, nous avons connaissance des difficultés et sur la base des instructions du président du Faso, mon gouvernement a pris l’initiative d’organiser des cours de rattrapage pour les élèves qui n’ont pas pu passer les examens. Nous sommes certains que là aussi on aura de très bons résultats et les meilleurs seront également récompensés comme pour ceux qui ont passé les examens à bonne date. Le gouvernement est attaché à ce qu’il y ait une émulation dans toutes les régions du Burkina Faso et que tous les élèves aient une égalité de chance de devenir des champions».

Propos recueillis par F.M.O.

sidwaya.bf